« Le cancer peut être une parenthèse dans la vie »

Cancérologue spécialiste du cancer du sein à l’institut Gustave-Roussy (IGR) de Villejuif, le Dr Fabrice André livre ses impressions sur la bande dessinée "Cancer and the city". Pour ce médecin, c’est "un livre sur la vie" que tout le monde devrait lire !

Conseilleriez-vous la lecture de Cancer and the city à un patient atteint de cancer ?

Fabrice André - Bien sûr ! Je conseille Cancer and the city à tout le monde et pas seulement aux personnes malades. Je voudrais toutefois ajouter que pour les patientes atteintes d’un cancer du sein, il est très important de bien faire la part des choses et ne pas s’identifier totalement à l’héroïne. En effet, tous les cancers sont différents, hétérogènes. Un exemple : l’auteure de cette histoire ne perd pas ses cheveux car elle a reçu une forme de chimiothérapie que nous effectuons très peu en France. En outre, chaque personne réagit très différemment à son traitement. Le seul statut socioculturel fait que l’on ne vit pas les événements de la même manière. C’est pourquoi, il faut se méfier des informations générales sur les cancers, en particulier sur Internet, qui mettent tout le monde dans le même sac.

Que peut apporter cette bande dessinée aux patients ?

Fabrice André - Tout en étant très particulier, le parcours personnel de cette femme peut intéresser les malades d’un cancer. même si l’auteure ne prétend pas parler au nom des autres malades. L’héroïne a un cancer d’un certain type, à un certain stade et à un certain âge. De ce fait, son expérience n’est pas transposable à d’autres personnes. Cette femme a tout simplement décidé de rapporter ce qui a bien ou moins bien fonctionné dans sa prise en charge pendant toute cette période difficile. De mon point de vue, je pense que ce livre apporte davantage aux médecins, car il met en évidence un certain nombre de problèmes qui ne sont pas abordés avec les patients lors des consultations, faute de temps. Les patients doivent plutôt prendre cet ouvrage, non pas comme une explication technique sur le cancer, mais plutôt comme un livre sur la vie.

C’est ce message qui vous semble le plus pertinent ?

Fabrice André - Tout à fait. Cette BD apporte de l’espoir aux patients parce qu’elle contient des valeurs humaines et des messages universels. C’est le cas, par exemple, concernant l’importance des proches durant le traitement, que ce soit la famille ou les amis. L’héroïne s’attache également à montrer que le cancer peut être une parenthèse dans la vie. Il y a un début et une fin de la maladie, puis on repasse à une vie normale. Je le répète, c’est un livre sur la vie et, par conséquent, un bon livre.

Propos recueillis par Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)