croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

L’automédication en question

Dans un numéro hors-série, le magazine 60 millions de consommateurs a étudié une liste de 62 médicaments vendus sans ordonnance. Selon cette enquête, seuls 13 d'entre eux sont réellement efficaces.

Ils sont dans toutes les pharmacies familiales, et pourtant, les médicaments vendus sans ordonnance ne seraient pas dépourvus d'inconvénients. Leur intérêt, note le magazine 60 millions de consommateurs dans un large dossier hors-série sur le sujet, est d'éviter au patient le passage par la case médecin pour soigner un simple rhume. En cela, ils empêchent l'encombrement de cabinets médicaux déjà surchargés et font réaliser à l'assurance maladie "une double économie : celle d'une consultation et celle de la dépense en médicaments non remboursés".

Toutefois, écrit Le Figaro en s'appuyant sur cette enquête, seule une minorité des traitements les plus utilisés en automédication contre le rhume, le mal de gorge, la grippe ou les troubles intestinaux serait réellement efficace et inoffensive. Pour parvenir à cette observation, le mensuel s'est penché sur 62 d'entre eux parmi les plus vendus.

Au final, il apparaît que 28 de ces médicaments, soit 45%, seraient "à proscrire en raison d’un rapport défavorable entre leurs bénéfices et le risque qu’ils induisent". Vingt-et-un autres sont considérés comme "passables", parce que leur efficacité est jugée faible ou non prouvée. Conclusion : seuls 13 des 62 médicaments étudiés sont recommandables.

Parmi ceux qui sont "à privilégier", rapportent Les Echos, figurent : Vicks Vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Forlax 10 G, Maalox sans sucre. Dans la catégorie "passables", ou "faute de mieux", 60 millions de consommateurs compte entre autres : Solucitrine maux de gorge, Oscillococcinum, Spasfon-Lyoc ou Smecta Orange-Vanille.

Enfin, évoque Le Parisien, dans la liste noire des médicaments "à proscrire" se trouvent "les stars de la lutte contre le rhume (Actifed Rhume, DoliRhume et Nurofen Rhume)". Parfois totalement inefficaces, certains peuvent entraîner des risques inutiles. D'autres, en revanche, réunissent trois principes actifs, lesquels provoquent des risques de surdosage et, à leur suite, des effets indésirables voire des accidents graves.

Le magazine évoque également les traitements homéopathiques. Aucun n'a démontré sa dangerosité, pas plus que son efficacité chez l'homme, souligne Le Figaro. D'où leur classification dans la catégorie "passables". Néanmoins, ils peuvent nuire au patient puisque la prise de ces traitements peut éventuellement retarder l'utilisation de médicaments à l'efficacité vraiment utile et pertinente.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)