croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

L’âge du départ en retraite des médecins recule

Le cumul travail et retraite se banalise chez les médecins. Une étude de la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees) détaille les raisons pour lesquelles l'âge moyen de leur départ atteint désormais les 67 ans.

Les médecins libéraux, ou ayant une activité mixte (à savoir en partie salarié), partent de plus en plus tard à la retraite. En 2017, l'âge moyen de leur cessation d'activité se situait aux alentours de 67 ans, alors qu'en 2011, c'était un an et huit mois plus tôt.

Ces observations émanent d'une étude publiée le jeudi 13 décembre 2018 par la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation des Statistiques (Drees), et dont rendent compte Les Echos.

Il faut dire, rapporte le quotidien, que beaucoup d'entre eux utilisent le dispositif "cumul emploi-retraite" instauré en 1983. Il permet à chaque retraité du régime général de continuer à être salarié tout en percevant sa pension. Selon la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), indiquaient récemment Les Echos, seuls 2,8% des pensionnés (soit 368.500) de ce régime étaient en situation de cumul en 2016.

Plusieurs raisons expliquent ce cumul. D'une part, le plafond de revenu autorisé dans ce cadre a été supprimé en 2009. De fait, en sept ans, leur nombre a été multiplié par 2,7 : en janvier 2018, on en comptait 12.000, soit près de 10% des médecins libéraux ou en activité mixte. Compte tenu de la désertification médicale de certains territoires, la conscience professionnelle pousse également certains praticiens à prolonger leur activité. C'est surtout le cas chez les généralistes qui, en l'absence de successeur, se refusent à abandonner leurs patients dans un vide sanitaire.

Comme l’observent Les Echos, la poursuite de l'activité au-delà de 60 ans est fréquente dans la profession. "C'est le cas de 87% des médecins actifs ou retraités âgés de 61 à 64 ans. Et même plus tard, entre 65 et 69 ans, 43% des médecins libéraux exercent encore, pour la plupart en bénéficiant du cumul." Et si l'on compare aux médecins non-cumulants, les praticiens cumulants partent quatre ans plus tard qu'eux à la retraite, soit à 69,5 ans.

De tous ces derniers, les psychiatres ont davantage recours au dispositif "cumul emploi-retraite". Passés les 60 ans, ils sont 45% à exercer encore. Les anesthésistes, quant à eux, ne représentent que 20% des cas. Enfin, le taux de spécialistes conventionnés en secteur 1 continuant à exercer malgré la retraite s'élève à 29%. Ceux installés en secteur 2 (avec dépassements d'honoraires) affichent un taux de 38%.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)