La Mutualité Française signataire d’un appel pour « revivifier l’Europe »

Le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, a participé le 14 mai à une soirée débat organisée à Paris sur l'Europe. Cette rencontre s'est tenue à l'occasion de l'appel lancé par les organisations membres du Pacte social intitulé "Revivifier l'Europe". Dans ce texte, les signataires, parmi lesquels la Mutualité Française, la CFDT, La Ligue de l'enseignement, ATD Quart Monde ou encore l'Unsa, estiment qu'un "projet européen solidaire et généreux est le moyen pour la France d'assurer la défense de ses intérêts économiques et sociaux".

Lire le texte intégral de l'appel :

"La construction de l’Union Européenne, depuis près de soixante ans, a permis de faire émerger un espace politique, économique et social unique au monde. A travers ses avancées, ses échecs, l’Europe interroge, suscite déceptions et espoirs.

A la veille des élections pour désigner leurs représentants au parlement européen, de nombreux citoyens de notre continent, de notre pays, doutent de la pertinence et de l’efficience de la construction européenne, confrontée aux crises économiques, sociales, écologiques, aux mutations de nos sociétés et aux tentations de replis nationaux et de populisme.

Nous, partenaires du Pacte social, mesurons ce que l’Union Européenne a pu apporter à travers son histoire en préservant la paix, la démocratie, en fixant des normes sociales, environnementales et sanitaires, en créant un espace économique et monétaire, en favorisant les échanges culturels et humains.

Nous sommes conscients aussi des limites et insuffisances de la construction européenne en terme de gouvernance, parfois de transparence et de cohérence. Manquant d'ambition et d'efficacité en matière économique, sociale et environnementale, l'Union européenne peine à promouvoir des projets mobilisateurs capables de redonner du souffle et de l'espoir à tous les citoyens européens.

Le projet européen que nous portons ensemble est celui qui répond aux besoins des femmes et des hommes, et qui vise au plein emploi, à la qualité de la vie, à l’éducation, à l’éradication de la grande pauvreté. Il doit notamment intégrer la préservation de la biodiversité, la lutte contre le changement climatique, un haut niveau de protection sociale, la promotion de l'économie sociale et solidaire. Une Europe ouverte sur le monde, engagée dans un mode de développement visant le bien-être de chacun et l'avenir de la jeunesse.

Nous sommes persuadés qu’un projet européen solidaire et généreux est le moyen pour la France d’assurer la défense de ses intérêts économiques et sociaux. C’est aussi le moyen de peser au niveau mondial sur les grands enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Pour nous, partenaires du Pacte social, le devenir du projet européen exige l’amélioration de la démocratie. Celle-ci passe en particulier par un rôle accru et reconnu de la société civile à même de mobiliser les citoyens.

Représentants de cette société civile, forts de la diversité des engagements militants de nos mouvements associations environnementales, de solidarité, d’éducation populaire, syndicats de salariés et d’étudiants, mutuelles et organisations européennes et citoyennes -nous sommes légitimes à faire porter notre voix dans la période électorale.

En 2012, nous nous étions mobilisés au moment de l’élection présidentielle pour nous adresser aux candidats sur leurs propositions. Depuis, nous avons poursuivi notre coopération. Aujourd’hui, nos conceptions, nos espoirs et nos interrogations communes sur l’Europe, nous conduisent à organiser un débat public le 14 mai à Paris, pour interpeller les principaux représentants des organisations politiques engagées dans ces élections européennes".