croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La Mutualité Française prépare les Etats généraux de la santé visuelle

Pour faciliter l’accès de tous à la santé visuelle, la Mutualité Française va réunir l’ensemble des acteurs avant la tenue d’Etats généraux le 15 décembre prochain. Entretien avec le président de la Mutualité Française, Etienne Caniard.

Pourquoi la Mutualité Française va-t-elle organiser des Etats généraux de la santé visuelle ?

Etienne Caniard – Le sujet de l’optique est souvent étudié mais jamais traité dans son ensemble. En effet, malgré sa forte visibilité, ce sujet est encore trop souvent abordé de manière parcellaire, souvent centré sur l’unique question du prix des équipements, accentuant le déficit d’analyse globale qui permettrait un éclairage plus complet sur la diversité de ses enjeux.

La Mutualité est légitime pour permettre une approche transversale qui englobe l’ensemble de la filière de la santé visuelle. En effet, l’optique, et plus largement le parcours de santé visuelle, est une thématique qui place la Mutualité Française comme le seul fédérateur possible de tous les acteurs. Son positionnement singulier (principal financeur, offreur de soins avec les opticiens mutualistes, à l’écoute des attentes des patients et assurés sociaux….) en fait l’acteur de référence pour porter ce sujet au cœur du débat public.

En organisant le débat public et en permettant de s’exprimer à l’ensemble des parties prenantes concernées (médecins, opticiens, orthoptistes, optométristes, consommateurs, usagers, industriels…), la Mutualité Française jouera pleinement son rôle.

Comment allez-vous procéder pour donner la parole à tous les acteurs ?

Etienne Caniard – Nous allons organiser plusieurs temps de débats afin d’écouter l’ensemble des acteurs et, si possible, dégager des lignes forces de consensus sur trois principaux sujets : l’accès à la santé visuelle pour les populations fragiles (personnes âgées, personnes en situation de handicap, personnes exclues), les pistes permettant de garantir un meilleur accès aux équipements et les modalités pour trouver le bon professionnel au bon endroit au bon moment.

Un temps sera également consacré à l’innovation dans le champ de la santé visuelle. Nous allons nous appuyer sur une étude économique actuellement en cours pour ouvrir les débats. Elle doit faire le point sur l’ensemble des problématique de la filière, y compris sur les questions de formation, de répartition, de coopérations professionnelles, et en s’appuyant sur des exemples étrangers. Puis, nous organiserons des ateliers en invitant l’ensemble des acteurs à prendre la parole sur les trois ou quatre questions majeures.

Quand se tiendront ces Etats généraux ?

Etienne Caniard – Ils se dérouleront le 15 décembre 2015 et auront pour objectif de présenter les propositions issues des travaux afin d’améliorer la filière de la santé visuelle et faciliter l’accès aux équipements quelle que soit sa situation. Nous avons constitué un comité scientifique qui va nous accompagner tout au long de nos travaux. Deux ophtalmologistes, les Prs Gilles Chaîne et Gérard Dupeyron, une économiste de la santé, la Pre Isabelle Durand Zaleski, et un sociologue, Gérard Mermet, vont participer à l’ensemble du projet.

Propos recueillis par Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)