croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

La diminution des contrats aidés pourrait toucher les hôpitaux

La réduction du nombre de contrats aidés, décidée par le gouvernement, concerne principalement les écoles et les mairies. Elle pourrait aussi avoir un impact sur les hôpitaux et les maisons de retraite.

Alors que le gouvernement envisage de réduire d'un tiers les contrats aidés d'ici à 2018, "les collectivités et associations, qui ont souvent recours à ces contrats s'inquiètent", souligne La Croix.

Ainsi, l'association des maires de France (AMF) demande "solennellement" au gouvernement de prendre des "mesures" pour que la rentrée scolaire et les activités périscolaires se déroulent dans de "bonnes conditions". "Les conséquences d'une telle situation pourraient s'avérer désastreuses pour la gestion quotidienne des services publics et, en particulier, dans l'immédiat, pour le bon déroulement de la rentrée scolaire", explique l'AMF.

L'Education nationale et les collectivités territoriales ne sont pas les seules concernées. Les autres principaux pourvoyeurs d'emplois aidés s'inquiètent aussi, notamment le secteur hospitalier, où l'on recense 25. 000 contrats de ce type. "Un hôpital, une maison de retraite, ça n'est pas une administration, prévient, dans Le Parisien (page 2), Cédric Arcos, directeur général adjoint de la Fédération hospitalière de France (FHF). Retirer des postes du jour au lendemain peut complètement déstabiliser des organisations."

De son côté, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, s'est défendue samedi de vouloir supprimer les contrats aidés dans les secteurs qui en ont "le plus besoin", dans un entretien, publié dans Le Monde. "C’est faux de dire qu’on va les supprimer : on va les cibler sur les personnes les plus éloignées de l’emploi et dans les secteurs où il y en a le plus besoin, notamment pour l’accompagnement des élèves handicapés, l’Outre-mer et l’urgence en matière sociale et sanitaire", a assuré la ministre.

Face aux protestations des collectivités locales et des associations, le Premier ministre a d'abord annoncé une rallonge de 13.000 contrats, précise La Croix. Avant de faire un nouveau geste portant le chiffre total à 310. 000 pour l'ensemble de l'année 2017. Malgré tout, la baisse reste spectaculaire d'une année sur l'autre, le gouvernement n'ayant revu qu'à la marge le budget alloué aux emplois aidés, jugés "onéreux" et "peu efficaces" par Edouard Philippe, estime le quotidien.

 

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)