croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Jean-Pierre Davant : « Notre système de santé va à la dérive »

Après trois mandats, Jean-Pierre Davant s'apprête à quitter ses fonctions à la tête de la Mutualité Française. Dans un long entretien au quotidien Les Echos (page 30), il évoque la "dérive" de notre système de santé et formule des propositions pour y remédier. A l'occasion de l'élection présidentielle de 2012, le président de la FNMF souhaite qu'il y ait "un vrai débat public et que des engagements soient pris devant les Français par les candidats". Jean-Pierre Davant fait "entièrement confiance" à son successeur pressenti, Etienne Caniard, pour enrichir les propositions du mouvement et mener les débats. "Il a les capacités et le talent pour", ajoute-t-il.

Quel diagnostic porte le président de la Mutualité sur l'état du système de santé ? "Nous sommes incapables de moderniser la façon dont on produit les soins dans notre pays, déplore Jean-Pierre Davant. Je suis, par exemple, effrayé par les déclarations de Nicolas Sarkozy promettant aux médecins de ne pas toucher au paiement à l'acte. (...) Ce n'est pas avec ce genre de propos que l'on modernisera notre système de santé et que l'on fera face aux grands défis scientifiques et sociétaux qui sont les nôtres."

Interrogé sur l'augmentation des cotisations des mutuelles, Jean-Pierre Davant explique que "pour justifier les taxes, les politiques ont biseauté les cartes en parlant de nos réserves et en disant que l'on n'avait pas à les répercuter en hausse de tarifs, simplement parce qu'ils n'assument pas la création d'impôts nouveaux !" "Nous avons mis carte sur table avec les associations de malades et de consommateurs", assure-t-il, tout en se montrant "conscient que les dépenses de santé augmentent, que les complémentaires coûtent cher, que des Français ne peuvent plus y souscrire et renoncent à se faire soigner".

Dans ce contexte, faut-il redéfinir les rôles de l'assurance maladie et des complémentaires ? Pour le président de la Mutualité, il faut plutôt commencer par "redéfinir le rôle et la place des différents acteurs qui produisent les soins, voir comment les rémunérer de manière moderne et mieux connecter tous les acteurs". Un exemple ? "Grâce à l'expérimentation sur l'hypertension artérielle, prévue pour 2011, on va pouvoir démontrer qu'on peut beaucoup mieux faire en organisant la médecine différemment". "Cela va se faire en bonne intelligence avec la Cnam et les agences régionales de santé. C'est la parfaite illustration de ce que peut être une répartition des rôles des uns et des autres, autre que ”ouvre moi ton tiroir-caisse et je vais voir ce que je peux prendre dedans”", explique-t-il.

A lire aussi dans la presse - Mediator® : les patients se sentent trahis par leur médecin

Depuis l'éclatement du scandale sanitaire, l'Association française des diabétiques a reçu 500 lettres de patients s'estimant trahis par leur médecin, qui leur a prescrit du Mediator® sans les informer des effets secondaires. Le Parisien/Aujourd'hui (page 14) publie de nombreux témoignages de malades. François, 63 ans, a "avalé du Mediator® d'octobre 2006 à fin 2009", prescrit pour "charge pondérale et cholestérol". Ce patient, qui précise qu'il n'est pas diabétique, se dit "très déçu par le manque de professionnalisme" de son médecin.

Francis, lui, veut porter plainte auprès du conseil de l'Ordre des médecins. Son praticien "faisait deux ordonnances le même jour aux patients pour qu'ils obtiennent double dose de Mediator®, en se servant dans deux pharmacies différentes". "Pendant plus d'un an, mon nutritionniste m'a prescrit six comprimés par jour et m'a conseillé de prendre en même temps de la DHEA. Je m'inquiète aujourd'hui pour ma santé", témoigne Pascal.

De son côté, Eliane, qui subit actuellement des examens cardiaques, a consommé cet antidiabétique pendant vingt-trois ans ! Informée de son interdiction en 2009, elle n'a eu droit à aucune explication de la part de son généraliste ou de son cardiologue

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)