croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Jean-Michel Cohen, nutritionniste : « Il n’existe pas de médicaments miracles pour maigrir »

Auteur de nombreux ouvrages sur le comportement alimentaire et les régimes, le Dr Jean-Michel Cohen, ne mâche pas ses mots sur l'Acomplia®. Pour maigrir, pas de miracle, rien ne vaut la motivation !

L'Acomplia® est-elle la pilule miracle contre les kilos en trop ? 


Dr Jean-Michel Cohen - Clairement non ! L'Acomplia® fait partie d'une nouvelle classe de médicaments découverte par les laboratoires Sanofi-Aventis. Ces médicaments agissent sur les récepteurs cannabinoïdes (CB1) qui se trouvent dans le cerveau. L’industriel les a testés sur différentes pathologies : le tabagisme, l'obésité, le diabète, etc. Il a fini par trouver une indication sur le surpoids. Mais cette indication est faible : au final, les résultats sont très décevants... surtout si on les compare aux contraintes du traitement ! Il nécessite de prendre régulièrement un médicament qui risque de provoquer des troubles de l'humeur et une dépression. Ce n'est pas anodin ! Je suis scandalisé de voir que l'Acomplia® est remboursé par la Sécurité sociale alors que ce médicament n'a pas fait toutes ses preuves.

Avec le retour des beaux jours et des maillots de bain, les médecins risquent malgré tout de subir la pression de leurs patients ou patientes...


Dr Jean-Michel Cohen - En ce moment, tout le monde veut de l'Acomplia® ! Je crains que les médecins généralistes subissent de plein fouet la pression des patients comme du labo. Moi, je refuse d'en prescrire aux personnes qui désirent perdre quelques kilos. Je prends le temps de leur expliquer que ce médicament n'est pas pour eux : il est réservé aux personnes obèses dont l'indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30 ou à celles dont l'IMC est supérieur à 27 avec des risques associés comme le diabète. Il n'existe pas de médicaments miracles pour maigrir. Pourquoi faire rembourser par l'argent public ou les patients un mauvais investissement sur une molécule décevante ? Pour ma part, à la sortie de l'Acomplia®, j'ai trouvé la pression commerciale faite sur les médecins tout à fait désagréable !

Quelles alternatives proposez-vous à vos patients qui veulent maigrir ?


Dr Jean-Michel Cohen - Je leur prescris des régimes personnalisés et équilibrés. Je les encourage à renouer avec une activité physique régulière. Mais surtout, je cherche à comprendre les raisons qui les ont poussés à prendre du poids et les raisons qui les incitent à en perdre ! Le soutien psychologique est un axe essentiel de la perte de poids.

 

Rond(e) ou obèse ?

Les médecins calculent le surpoids par rapport à l’IMC : l’indice de masse corporelle. Il permet de situer correctement son poids par rapport à sa taille. Pour calculer son IMC, il suffit de diviser son poids par sa taille au carré. Exemple : pour une taille de 1,80m et un poids de 70kg, l’IMC est d’environ 21,6 (70/(1,8x1,8)).

IMC normal : 18,5 à 24,9
Surpoids : 25 à 29,9
Obésité modérée : 30 à 34,9
Obésité sévère : 35 à 39
Obésité morbide : A partir de 40

Attention : ces valeurs ne sont pas valables chez les sportifs à très forte masse musculaire, l’enfant et la personne âgée de plus de 70 ans.

Ghislaine Trabacchi

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)