Indispensables mutuelles

Aujourd’hui, La Tribune (pages 36 et 37) publie un sondage qui fait "la démonstration éclatante que le niveau de remboursement global des dépenses de santé par la Sécurité sociale ou une mutuelle est au cœur des préoccupations des Français".

En s’appuyant en effet sur les résultats d’une enquête TNS Sofres réalisée du 6 au 11 mars auprès d’un échantillon de 1.006 personnes, le quotidien économique confirme que nos concitoyens placent "en tête de leur préoccupation le niveau de remboursement de leurs dépenses de santé". Toutefois, même si le système actuel semble leur convenir, ils ne cachent pas leurs inquiétudes sur la prise en charge de certains soins, tout comme sur l’éventuelle mise en place d’une franchise non remboursable (60% s’y opposent).

C’est pourquoi, "très logiquement, dans ce contexte de pessimisme […], 80% des Français jugent indispensable de souscrire une assurance complémentaire santé, et même davantage parmi les retraités et les revenus élevés". Au total, 96 à 99% des personnes interrogées considèrent comme important ou indispensable d’être bien couvert pour les soins dentaires et les lunettes, traditionnellement mal remboursés par la "Sécu". Ils ont la même préoccupation pour l’hospitalisation, les médicaments, les traitements médicaux lourds ou encore les analyses médicales, radios, interventions chirurgicales et consultations de spécialistes. "Autant dire les principaux soins", résume La Tribune. Pour ce journal, l’actuelle "tendance au déremboursement" du régime obligatoire a donc "marqué les esprits". C’est sûrement pour cela qu’avant de s’engager dans un contrat avec une mutuelle, 45 % des assurés tiennent avant tout à s’informer sur le contenu exact des garanties proposées.

En général, les bénéficiaires d’une complémentaire sont "assez" satisfaits (53% des personnes interrogées) par les remboursements proposés, 40% se disent même "très satisfaits". "A l’opposé, seulement 6% estiment que leur assurance couvre mal leur dépense de santé." Cependant, à y regarder de plus près, la satisfaction est contrastée selon les soins considérés. Ainsi, la qualité de remboursement est jugée très bonne pour les consultations de médecins généralistes, les médicaments et les analyses (de laboratoire ou de radiologie). En deuxième position, arrivent les remboursements liés à une hospitalisation ou les consultations de spécialistes. "Les opinions sont plus divisées" sur la prise en charge des frais de lunettes et des soins dentaires, et ce surtout chez les personnes âgées. "Or, c’est précisément dans ces domaines que le rôle de la complémentaire santé est jugé le plus nécessaire… il y a là matière à réflexion pour les assureurs", juge ainsi La Tribune.

En revanche, poursuit le quotidien, "seulement 34% des Français estiment indispensable" que leur garantie rembourse bien les dépassements d’honoraires, ce qui confirme leur "vigilance" sur cette épineuse question des honoraires libres.

Il faut dire que le montant de ces dépassements reste très élevé. En empruntant une comparaison très aérienne, l’hebdomadaire Le Point (pages 64 à 67) révèle que les Français ont payé à ce titre de leur poche, pour l’année 2005, l’équivalent de douze Airbus A380, soit deux milliards d’euros. Ce chiffre, qui émane d’un rapport "secret" et "explosif" de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), a peu de chance d’être publié en période électorale, indique Le Point qui s’est procuré le document.

Cette étude met en évidence "un recul de la solidarité nationale" tant la pratique du dépassement d’honoraires s’est généralisée. Selon le chef de l’Igas, André Nutte, ce système des honoraires libres est devenu "un obstacle à l’accès aux soins" et apparaît bel et bien comme "contraire aux principes fondateurs de l’assurance maladie".

Dans le détail, "les dépassements d’honoraires pratiqués dans les cabinets médicaux représentent 1,5 milliard d’euros, 500 autres millions relevant des interventions pratiquées à l’hôpital ou en clinique". Il est par exemple devenu courant de débourser un supplément pour accoucher : 52% des femmes ont en effet dû acquitter en moyenne 74 euros pour un accouchement à l’hôpital et 178 euros en clinique. Pour les opérations de la cataracte, 71% des patients ont payé de leur poche "91 euros dans le public et 200 euros dans le privé". Ces sommes ne sont que des moyennes, rappelle l’hebdomadaire. "Certains médecins pratiquent des dépassements beaucoup plus élevés, sans oublier ceux qui demandent carrément des dessous-de-table. 8% des Français se seraient vu ainsi proposer de payer au noir."

Pour remédier à ce système, les rapporteurs préconisent la remise obligatoire, d’un devis avant les soins, une information systématique et un recours possible à la sanction contre les praticiens indélicats…