croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Implant, anneau et patch contraceptifs : mode d’emploi

Les femmes disposent de nouveaux moyens contraceptifs depuis le début des années 2000. L'implant, l'anneau vaginal et le patch ont considérablement élargi la gamme des contraceptifs hormonaux jusqu’alors limitée à la pilule et au stérilet. Simples d’emploi et efficaces, ils séduisent surtout les femmes par leur durée d’action !

L’implant : efficace trois ans !
L'implant contraceptif est arrivé en France en 2001. Ce petit bâtonnet souple de la taille d’une allumette est efficace pendant trois ans : il délivre une hormone progestative qui assure la contraception avec une efficacité de 100%.

Posé en quelques minutes seulement, il est inséré discrètement sous la peau au niveau de la face interne du bras. Son insertion, sous anesthésie locale, est simple et rapide. La protection contraceptive est effective 24 heures après la pose de l'implant. Et si un désir de grossesse survient, il suffit d'enlever le bâtonnet contraceptif : la fertilité est rétablie le cycle suivant l’ablation de l’implant.

Le patch, une semaine de protection
Le patch contraceptif est disponible en pharmacie depuis le début de l’année 2004. La composition hormonale de ce timbre transdermique ne diffère pas de celle des pilules contraceptives classiques. Une fois collé sur la peau du ventre ou des fesses, il délivre des hormones contraceptives (œstrogène et progestérone) pendant toute une semaine.

Tous les 7 jours, il faut changer de patch. Cette opération doit être répétée trois fois de suite pour trois semaines d’utilisation. La quatrième semaine est libre de timbre et donne lieu à la survenue des règles. L'efficacité du patch et ses contre-indications sont comparables à celles des pilules minidosées.

L’anneau vaginal, tranquille pendant un mois
L’anneau vaginal a été commercialisé courant 2004. D’insertion et de retrait faciles, un seul anneau suffit par cycle menstruel. Cet anneau transparent et souple s'insère dans le fond du vagin où il libère régulièrement et quotidiennement des hormones contraceptives oestroprogestatives.

Les hormones délivrées par l'anneau sont absorbées par la muqueuse vaginale et bloquent l’ovulation. L’anneau n’a donc rien à voir avec le diaphragme et toutes les capes cervicales que l’on dispose sur le col de l’utérus avant un rapport sexuel : ces méthodes n'assurent qu'une contraception purement mécanique.

L'anneau contraceptif est laissé en place sans interruption pendant trois semaines consécutives. Puis il est retiré la quatrième semaine pour permettre la survenue des règles. Aussi sûr que la pilule, il en présente les mêmes contre-indications.