croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Idées reçues sur l’alcool : l’avis d’un médecin

"L’alcool améliore les performances sexuelles", "une petite cuite de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal"… Les mythes autour des vertus de la "dive bouteille" restent solidement ancrés dans l’inconscient collectif. Le Dr Robert Benchétrit, généraliste à Antibes, nous aide à y voir plus clair.

Certains "tiennent" l'alcool et peuvent en boire davantage

Dr Robert Benchétrit – Ce n'est qu'une apparence. Lorsqu'on consomme régulièrement de l'alcool, on perçoit moins ses effets. J'ai connu un patron de bar qui pouvait absorber plus de 60 apéritifs dans la même soirée sans s'écrouler ! Mais cela ne change rien au taux d'alcoolémie et, surtout, cela n'atténue en rien les effets de l'alcool sur l'organisme.

Boire de l'alcool, ça réchauffe

Dr R. B. – Il procure une sensation de chaleur en dilatant les vaisseaux sanguins, d'où l'idée de conseiller parfois un petit "grog" – et un seul ! – aux malades grippés. Mais la chaleur produite s'échappe par les pores de la peau. Chez les gros buveurs, la température globale du corps est donc diminuée : ils risquent l'hypothermie.

L'alcool fait fondre les graisses

Dr R. B. – C'est le contraire : l'alcool ralentit les fonctions hépatiques. C'est pour cela que, pour un régime amaigrissant, on recommande toujours de diminuer la consommation de boissons alcoolisées. L'alcool produit des calories inutiles (à raison de 7 par gramme), qui n'apportent ni sels minéraux, ni protéines, ni vitamines mais qui favorisent le stockage des graisses.

L'alcool donne des forces

Dr R. B. – C'est faux, tant pour le travail manuel que pour le sport. Ainsi, dans le monde de la course à pied, on sait que l'alcool "coupe les jambes ». Lorsqu'il est métabolisé dans le foie, il génère de l'acide lactique qui gêne le travail musculaire.

L'alcool améliore les performances sexuelles

Dr R. B. – Au contraire ! L'alcool a un effet désinhibant à petite dose, mais il réduit la libido dès qu'on en abuse. On risque de s'endormir avant d'avoir fait quoi que ce soit…

Une cuillerée d'huile d'olive atténue les effets de l'alcool

Dr R. B. – Cela n'a jamais été scientifiquement démontré. Et de toute façon, cela ne change rien à la quantité d'alcool présente dans l'organisme.

Un café fort et salé dessoûle

Dr R. B. – Ça fait surtout vomir ! C'est parfois l'effet recherché et cela peut permettre, effectivement, d'évacuer une partie de la boisson récemment absorbée. Mais une partie seulement : pour le reste, il faudra plusieurs heures pour l'éliminer.

L'alcool consommé pendant un repas a moins d'effet

Dr R. B. – Vrai. La nourriture solide retarde la digestion de l'alcool et freine son passage dans le sang. Mais l'alcool reste donc plus longtemps dans l'organisme. Cela ne change rien au problème.

Noyé dans l'eau, l'alcool est moins nocif

Dr R. B. – Totalement faux ! Avec ou sans eau, seule compte la quantité d'alcool ingérée. C'est vrai aussi pour l'alcool utilisé en cuisine : un coq au vin n'est pas moins "dangereux », si l'on peut dire, qu'un petit verre de vin rouge.

Les boissons alcoolisées désaltèrent bien

Dr R. B. – Sur le moment, c'est exact : elles produisent la même sensation désaltérante que n'importe quel liquide. Mais si on en abuse, attention : l'alcool possède un effet diurétique qui vous pousse à boire de plus en plus ! C'est pour cela que, aussi étrange que cela puisse paraître, des alcooliques souffrent de déshydratation.

L'alcool est un antidépresseur

Dr R. B. – Au contraire, l'alcool est un anxiolytique. Ses effets se manifestent en deux étapes : une phase d'euphorie, de désinhibition et d'excitation, suivie d'une phase de sédation, d'endormissement et de déprime.

Les hommes et les femmes sont inégaux devant l'alcool

Dr R. B. – C'est exact. Comme les femmes sont généralement plus petites et moins corpulentes que les hommes, la concentration d'alcool dans leur sang s'accroît plus rapidement et dans des proportions plus importantes. En règle générale, les femmes boivent aussi moins souvent : elles sont donc moins habituées aux effets de l'alcool et donnent l'impression d'être plus vite saoules… alors que leur taux d'alcoolémie n'est pas plus élevé que celui de leurs compagnons !

L'alcool a un effet protecteur contre les maladies cardiaques

Dr R. B. – Certaines substances contenues dans le vin rouge semblent accroître la fluidité du sang. Cela peut donc être vrai, mais à très petites doses. Attention : l'ingestion régulière de quantités plus importantes tend au contraire à accroître la tension artérielle et à détériorer le muscle cardiaque !

L'abus d'alcool occasionnel n'est pas une catastrophe

Dr R. B. – Faux ! Ce qui est exact, c'est qu'une "petite"cuite tout à fait isolée et exceptionnelle ne crée pas de dommages irréparables dans l'organisme. En revanche, dès qu'il y a excès, il y a risque. Et de toute façon, l'alcool peut induire des comportements inhabituels et parfois dangereux, et ce dès la première goutte. Chaque année, l'alcool tue 3 000 personnes sur nos routes… Ce constat doit faire réfléchir.

Enceinte, on peut se permettre un petit verre à l'occasion

Dr R. B. – L'alcool est nocif pour le bébé car il freine son développement. A plus forte dose, il entraîne de nombreux handicaps. En règle générale, mieux vaut d'abstenir de toute boisson alcoolisée. Une femme enceinte doit boire de l'eau, du lait et des jus de fruits.

Cédric Portal

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)