croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Hôpital : une restructuration indispensable

La Fédération hospitalière de France tire la sonnette d'alarme sur la situation financière des établissements publics. Des réformes pourraient voir le jour l'an prochain.

"On répète depuis des années qu'on va dans le mur ; eh bien, ça y est, on a heurté le mur !", a affirmé hier Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF). Celui-ci tire la sonnette d'alarme sur la situation financière des établissements publics, qui devraient connaître un déficit historique de 1,5 milliard d'euros en 2017, soit trois fois plus que celui de l'année précédente, rapporte Le Figaro. Le déficit devrait se situer autour de 1,2 ou 1,3 milliard d'euros, notent Les Echos.

"On paie sept ans d'inaction, dénonce le président de la FHF dans le quotidien économique. C'est ce qui arrive quand on veut faire des économies sans réformer. Un peu comme si on demandait aux dirigeants hospitaliers de courir le 100 mètres avec un sac de pierres !"

Si les hospitaliers élèvent la voix en cette fin d'année, c'est aussi parce qu'ils s'attendent à d'autres mauvaises nouvelles, croient savoir Les Echos. Une partie de leurs ressources votées pour 2017 ne leur a pas encore été attribuée : 450 millions d'euros de dotations pour les missions d'intérêt général et pour les soins de suite et de réadaptation. Mais un coup de rabot est à craindre, reconnaît-on au sein du gouvernement. Comment en est-on arrivé là ?

"La baisse des tarifs, la hausse des charges et le système de la tarification à l'activité (T2A), qui encourage une course aux volumes pour compenser la pression sur les prix", explique Le Figaro. Face à cette situation préoccupante, les établissements hospitaliers réclament des mesures financières d'urgence, mais aussi une refonte de la T2A.

De son côté, la ministre de la Santé envisage des innovations tarifaires. Comme l'expérimentation de paiements au forfait ou au parcours de soins, visant à baisser le poids relatif de la T2A dans le financement des hôpitaux. "Cela va dans le bon sens, mais reste timide, car ce sont des expérimentations limitées à 20 millions d'euros", juge, dans Le Figaro, Jean-Paul Dewitte, président de la Conférence des directeurs de CHU.

D'autres pistes gouvernementales sont à l'étude : "le renforcement de la rémunération sur objectif de santé publique (ROSP) pour les médecins libéraux, l'intégration des critères de qualité à côté de la T2A à l'hôpital, le développement la médecine ambulatoire sur le modèle de ce qui a été fait en chirurgie", indique le quotidien.

"De vrais défis nous attendent, notamment sur la pertinence des soins, et une restructuration de nos hôpitaux est indispensable", a reconnu la ministre de la Santé, le 12 décembre dans Libération. Avant d'ajouter : "Il faut changer la place de l'hôpital public dans notre système. C'est une urgence." Un plan d'action pourrait être présenté en janvier et des mesures incluses à l'automne dans le PLFSS pour 2019.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)