Hollande : la presse en demande de précisions sur le pacte de responsabilité

A quelles questions le chef de l’Etat devra-t-il répondre lors de la troisième conférence de presse de son quinquennat, cet après-midi ? Pour L’Opinion (pages 2 et 3), François Hollande doit "lever les douze ambiguïtés qui entourent son “virage-social-libéral” du 31 décembre. Sans parler de sa vie privée…". Chômage, baisse des impôts, dépenses publiques, pacte de responsabilité proposé aux entreprises, ou encore Sécurité sociale figurent parmi les thèmes sur lesquels des précisions sont nécessaires, estime le quotidien libéral. Cette liste rejoint celle dressée par Les Echos sous le titre "Le grand oral de François Hollande en 10 questions".

"La question des contreparties au pacte de responsabilité est un sujet ultrasensible pour les syndicats comme pour la gauche", relève en particulier Leïla de Comarmond dans le quotidien économique (page 2). Le président de la Ré­publique est "attendu au tournant", confirme Le Figaro (page 18), selon lequel "la troisième conférence de presse présidentielle se déroulera dans un contexte extrêmement compliqué pour le chef de l’Etat".

S’agissant du pacte de responsabilité, "les entreprises, impatientes, attendent du concret", juge le quotidien. Le patronat "veut une réduction nette des prélèvements", précise Le Figaro, qui publie également sur ce thème un entretien avec Philippe Varin, président du Cercle de l’industrie et président du directoire de PSA (page 18). Dans cette interview, ce patron suggère, en particulier, un relèvement du plafond du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) de 2,5 à 3,5 Smic.

En vigueur depuis janvier 2013, le CICE équivaut à une baisse de cotisations sociales, sous la forme d’une réduction de l’impôt à acquitter en 2014 au titre de l’exercice 2013. Son taux, qui était de 4 % des rémunérations brutes versées au titre de 2013, est passé à 6 % le 1er janvier. L’assiette de ce crédit d’impôt est constituée par les rémunérations brutes soumises aux cotisations sociales (masse salariale), versées par les entreprises dans la limite de 2,5 fois le Smic.

Le "pacte de responsabilité consisterait à abaisser de 5 à 10 milliards les cotisations patronales de la branche famille, selon nos informations, en échange d’un engagement plus ou moins contraignant à embaucher", croit savoir Libération (page 17), qui évoque "une nouvelle vague de réduction du coût du travail, à peine un an après l’entrée en vigueur progressive du CICE". Dans ce contexte, deux options se dessinent : "Soit on maintient le CICE à côté du nouveau dispositif de baisses de charges, soit on dé­cide de tout réunir en une seule et unique mesure", selon un proche du chef de l’Etat, cité par le quotidien.

A lire aussi dans la presse - Les complémentaires santé sur France 5

Jean-Martin Cohen Solal était hier l’un des invités de l’émission "La Quo­tidienne", en direct sur France 5, sur le thème : "Comment choisir une mu­tuelle au meilleur prix ?". Interpellé sur la complexité des tarifs des complémentaires santé, et les efforts de simplification possibles, le délégué général de la Mu­tua­lité Française a notamment expliqué pourquoi les complémentaires sont contraintes d’exprimer leurs remboursements sous forme de pourcentages, et non simplement en euros. "Il ne s’agit pas d’un problème de transparence, mais d’un problème de base de remboursement", a-t-il fait valoir. A titre d’exemple, pour une consultation chez le médecin généraliste, il existe "6 à 7 possibilités de facturer différemment", rappelle-t-il. Dans ces conditions, communiquer un montant de remboursement est donc tout simplement impossible pour la mutuelle.

A ses côtés, Mathieu Escot, chargé de mission santé pour l’UFC-Que choisir, a expliqué les raisons de la hausse du tarif des complémentaires santé enregistrée ces dernières années. Les dépenses de santé progressent globalement d’une année sur l’autre, a-t-il ainsi rappelé. A cela, s’ajoute l’augmentation des taxes qui pèsent sur les contrats.

Anne Baudeneau

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)