Hépatite C : accès généralisé au traitement de Merck

Un arrêté d'"universalisation" des traitements contre l'hépatite C privilégie la prescription du Zepatier. Filiale du laboratoire Merck, le laboratoire qui commercialise cette molécule innovante a revu ses prix à la baisse.

Les autorités sanitaires ont tranché : tous les malades de l'hépatite C, même ceux ne présentant pas de symptômes, pourront accéder aux traitements innovants, annoncent Les Echos. Mais, précise le quotidien économique, "une seule molécule se voit dérouler le tapis rouge".

Via un arrêté d'"universalisation", le Zepatier, traitement du laboratoire MSD, filiale de Merck, vient en effet d'être choisi comme antiviral de référence. Au détriment de ses concurrents, beaucoup plus chers.

Désormais, les médecins pourront donc favoriser le Zepatier dans leurs prescriptions puisque son impact financier sur les comptes publics sera moindre. Comme le rapportait récemment le quotidien économique, MSD aurait en effet accepté de négocier "un prix public inférieur à 30.000 euros pour trois mois sous Zepatier – soit la durée moyenne d'une cure permettant de guérir définitivement le malade dans plus de neuf cas sur dix".

A titre de comparaison, le laboratoire Gilead, qui détient 65% du marché après une longue période sans concurrent, facture le Harvoni à 46.000 euros la cure. Un tarif que le comité d'évaluation des produits de santé (CEPS), l'organisme interministériel chargé de négocier les prix avec les laboratoires, ne parvient pas à faire baisser.

Du coup, observent Les Echos, "la publication de l'arrêté Zepatier est un moyen de faire pression sur Gilead" en vue d'obtenir une baisse de prix.

Pour 2017, le gouvernement espère d'autres baisses de prix, avec l'objectif de "réduire de 100 millions d'euros la facture annuelle, autour de 600 millions d'euros", indique le quotidien. Mais la partie sera difficile : "Gilead est maintenant bien connu des prescripteurs", à la différence de Zepatier.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)