croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Hausse des troubles psychosociaux

L'assurance maladie publie ce mardi 18 janvier 2018 une étude sur l'ampleur des troubles psychosociaux. Le risque est particulièrement élevé pour les femmes et les employés des maisons de retraite, des hôpitaux et des transports.

Il y a eu 10.000 accidents du travail pour "troubles psychosociaux" en 2016, sur un total de 626.000 accidents avec arrêt, révèle une étude publiée ce mardi 16 janvier 2018 par la branche accidents du travail-maladies professionnelles (AT-MP) de l'assurance maladie, rapportent Les Echos.

Environ 600 affections psychiques (sur 1.100 demandes) ont été identifiées comme maladie professionnelle en 2016. L'étude révèle également que le nombre de suicides reconnus en accidents du travail "oscille annuellement entre 10 et 30". La dépense annuelle pour les affections psychiques (stress, violences dans l'organisation ou face au public...) est de 230 millions d'euros. "Dans un contexte général de réduction de la sinistralité au travail, la part des affections psychiques dans l'ensemble des accidents du travail a progressé entre 2011 et 2016 de 1% à 1,6%", selon la branche AT-MP.

Selon Santé publique France, les employés sont la catégorie professionnelle qui connaît "le plus grand déséquilibre entre efforts et récompenses au travail". Résultat : cette catégorie est aussi la plus touchée par les affections psychiques, avec environ 85 cas pour 100.000 personnes, devant les ouvriers qualifiés (60 cas) et non qualifiés (40 cas). Les mieux immunisés sont les cadres, techniciens et agents de maîtrise (20 cas). Toutefois, cette population est aussi celle chez qui les affections psychiques prennent le plus d'importance : près de 2,5% du total des accidents du travail.

Les personnes touchées par les affections psychiques liées au travail ont en moyenne 40 ans. Dans 60% des cas, il s'agit de femmes, en raison de leur surreprésentation dans les professions à risque. Le secteur médico-social concentre à lui seul 20% des affections psychiques reconnues en accident du travail, alors qu'il emploie seulement 10% des salariés. Les transports (15% des cas) et le commerce de détail (13%), sont également fortement représentés parce que les salariés y sont exposés aux incivilités et aux agressions des usagers.

La branche AT-MP de l'assurance maladie note que ces secteurs figurent aussi parmi les grands pourvoyeurs d'arrêts maladie avec délivrance de médicaments psychotropes, notent Les Echos. La durée moyenne des arrêts maladie liés à un accident du travail pour affection psychique est en moyenne bien plus longue (112 jours) que pour les accidents du travail en général (65 jours).

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)