croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Hausse de la CSG : « guerre » des générations

Au 1er janvier 2018, la contribution sociale généralisée (CSG) augmentera de 1,7% pour la majorité des retraités. Pour les actifs, elle sera compensée par une baisse des cotisations sociales.

Selon Le Parisien, le postulat du gouvernement serait le suivant : "Pour relancer l'économie et redonner du pouvoir d'achat aux salariés, il faut davantage mettre à contribution nos aînés." Cette génération "a bénéficié du plein-emploi et de conditions plus favorables pour accéder à la propriété de leur logement". Ce n'est plus les cas pour les générations suivantes.

La méthode pour opérer une redistribution entre les actifs et les retraités a été précisée dans le projet de loi de finances pour 2018. Au 1er janvier prochain, la hausse de la CSG de 1,7 % touchera tous les Français… sauf les travailleurs, qui bénéficieront d'une compensation. Exemple : les salariés du privé profiteront de la baisse des cotisations salariales. "Ce qui représente un gain de pouvoir d'achat, environ 260 euros par an pour un Smic", relève Le Parisien.

Les retraités, à l'exception des plus modestes, devraient être les seuls à supporter la hausse de la CSG. Dès le 1er janvier 2018, près de 60% d'entre eux, soit 8 millions de personnes, seront touchés. Seront concernés ceux qui perçoivent une pension égale ou supérieure à 1.289 euros (moins de 65 ans) ou 1.394 euros (plus de 65 ans).

La droite est bien évidemment montée au créneau. Eric Woerth, le président (LR) de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, promet qu'il mènera la charge dans l'hémicycle. "Les retraités sont un peu les dindons de la farce ! C'est une politique brutale et injuste, ce n'est pas une réponse économique. La richesse nationale se trouve dans la relance de la croissance", déclare-t-il.

Le Parti socialiste pointe également le "déséquilibre" entre les "cadeaux" faits aux plus riches et les efforts demandés aux retraités. Hier, dans une lettre ouverte, plusieurs députés socialistes ont réclamé plus de "justice sociale". "Le débat sur le budget 2018, qui s'ouvrira le 17 octobre à l'Assemblée, s'annonce explosif", prévoit Le Parisien.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)