croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Grève : les fonctionnaires rejoignent le cortège

En raison d'une grève du syndicat du Livre, l'ensemble des quotidiens sont absents des kiosques ce matin. Seules leurs versions électroniques sont donc disponibles. "Cheminots et étudiants rejoints par les fonctionnaires", titre leparisien.fr. En cessant le travail aujourd'hui pendant 24 heures pour leur pouvoir d'achat et contre les réductions d'effectifs, les fonctionnaires rejoignent les cheminots et les employés de la RATP, en grève pour la 7e journée consécutive. "La grève des fonctionnaires s'annonce très suivie", titre latribune.fr. L'Education nationale et Bercy "devraient être en pointe", mais "les hôpitaux pourraient être moins touchés", poursuivent lesechos.fr.

Côté gouvernement, "Fillon durcit le ton" à l'encontre des cheminots et des machinistes de la RATP, souligne lefigaro.fr. "J'en appelle à la responsabilité de chacun, la négociation va commencer. Il faut maintenant que progressivement le trafic reprenne et que les droits des usagers soient respectés", a affirmé le Premier ministre. Hier, environ le quart des cheminots était encore en grève, mais les assemblées générales ont massivement reconduit le mouvement. Par ailleurs, selon la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, la grève des transports coûte entre "300 à 400 millions d'euros par jour" à l'économie française, rapporte latribune.fr.

Pour liberation.fr, la mobilisation des fonctionnaires place le pouvoir d'achat au coeur du mouvement social. Ce quotidien croit savoir que le président de la République devrait intervenir "jeudi ou vendredi au plus tard", pour présenter des mesures susceptibles d'améliorer le pouvoir d'achat. Ce qui permettrait au chef de l'Etat, selon liberation.fr, de "sortir par le haut de son premier conflit social d'envergure".

A lire aussi – Adolescents en souffrance


Tentatives de suicide, addictions, troubles de l'alimentation et du sommeil, absentéisme, violence exercée sur soi ou sur les autres : la souffrance psychique des adolescents prend différents visages, mais se manifeste de plus en plus précocement. C'est ce que montre le rapport 2007 de la défenseure des enfants, Dominique Versini. Il sera remis aujourd'hui au président de la République, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant.

L'adolescent demeure "le grand oublié des pouvoirs publics", dénonce le rapport (libération.fr). Aujourd'hui, 900.000 adolescents sont dans une situation de grande souffrance, soit 15% des 11-18 ans. Chaque année, 40.000 d'entre eux tentent de se suicider. Des dispositifs existent, mais ils sont insuffisants, estime Dominique Versini, citant l'exemple des maisons de l'adolescent. Il en existe actuellement 18, alors que l'objectif était d'une par département, en 2004, note Le Monde (page 13). Dans la plupart des villes où ces lieux d'accueil n'existent pas, "les ados doivent patienter des mois pour consulter un simple psy, entre 3 mois et 1 an pour être hospitalisés pour des troubles sévères : phobie scolaire, anorexie…", constate-t-elle (leparisien.fr).

"Les lignes téléphoniques comme Fil santé jeunes ou Jeunes violence écoute ne doivent plus seulement être gratuites depuis les téléphones fixes : tous les gamins communiquent par portable !", ajoute-t-elle. Le rapport formule 25 recommandations, notamment la mise en place d'un "plan national" pour régler la crise des centres médico-psychologiques et la pénurie de lits d'hospitalisation.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)