Généralistes : compromis en vue

L'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) et trois syndicats de médecins libéraux ne sont pas parvenus, vendredi, à un accord sur une hausse de 2 euros du tarif des généralistes dès cette année. Pour autant, ces partenaires se situaient "dans la perspective d'un accord" sur une augmentation de 1 euro dès le second semestre, indique le quotidien Les Echos (page 3). Ce qui porterait donc la consultation à 22 euros. Une nouvelle rencontre est prévue le mercredi 7 mars.

En revanche, les syndicats de médecins et l'assurance maladie peinent à s'accorder sur le calendrier et les conditions d'une nouvelle hausse en 2008. Vendredi, le directeur de l'Uncam, Frédéric Van Roekeghem, a une nouvelle fois conditionné une nouvelle augmentation "au résultat de la maîtrise médicalisée des dépenses en 2007", note Le Monde (page 9). Selon les calculs de l'assurance maladie, porter la consultation de 21 euros à 23 euros coûterait 500 millions d'euros en année pleine.

Au rang de ses priorités, l'assurance maladie place "l'amélioration de la prévention en matière d'interactions médicamenteuses et de dépistage du cancer du sein" et "l'accompagnement de la médecine générale dans son passage à une spécialité", rappellent Les Echos.

Pour la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), la dernière réunion a "peut-être ouvert des perspectives". Ce syndicat a tout de même maintenu sa menace d'un mouvement de protestation. Plus pessimiste, le syndicat de généralistes MG-France a qualifié cette négociation de "comédie".

A lire aussi – La maltraitance dans les maisons de retraite

L'ex-directrice de la maison de retraite Château-Lamothe à Saint-Médard-d'Eyrans (Gironde) comparaît aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour exercice illégal de la médecine et violences volontaires sur personne vulnérable, indique Le Parisien/Aujourd'hui (page 12). L'Association française de protection et d'assistance aux personnes âgées (Afpap) s'est porté partie civile.

A l'origine de cette affaire, l'Afpap avait recueilli en 2003 le témoignage d'une infirmière de l'établissement sur de nombreux actes de maltraitance : transfusions sanguines effectuées par la directrice, actes médicaux réalisés par des femmes de ménage, prise de repas forcée… Hasard du calendrier, note Le Figaro (page 9), c'est aujourd'hui qu'est publié On achève bien nos vieux (Oh éditions). Dans ce livre témoignage, Jean-Charles Escribano, infirmier en gériatrie, dénonce la "maltraitance ordinaire" faite aux personnes âgées : humiliations, vexations, privations ou méchancetés, tutoiement…