Généralisation du tiers payant : 66 % des Français sont pour

Une majorité de Français (66%) plébiscitent la généralisation du tiers payant chez les médecins, mais ces derniers y sont unanimement hostiles (95%). C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par OpinionWay pour le Syndicat des médecins libéraux (SML), cité dans Le Figaro-économie (page 18). La dispense de frais, pratiquée aujourd'hui surtout par les pharmaciens, devrait être élargie aux consultations médicales pour tous les assurés sociaux d'ici à 2017, et dès 2015 pour les bénéficiaires de l'aide à la complémentaire santé (ACS), selon le projet de loi sur la santé, qui sera présenté prochainement en Conseil des ministres.

Ce sondage montre également que sur le médecin traitant, dispositif qui pourrait être élargi aux moins de 16 ans, les Français estiment qu'il devrait être assoupli (73%), mais jugent cependant qu'il est un élément essentiel du parcours de soins coordonnés (69%) et a permis un meilleur suivi (62%) des patients. Les médecins se montrent plus sévères sur l'efficacité du dispositif, seuls 42% d'entre eux jugent qu'il a permis un meilleur suivi.

Par ailleurs, 9 personnes interrogées sur 10 estiment que la relance du dossier médical personnel (DMP) facilitera le travail des professionnels, permettra une meilleure prise en charge des patients (89%) et représente une source d'économies pour la Sécurité sociale (73%).

Interrogé par Le Figaro-économie (page 18), Patrick Bouet, président du conseil national de l'Ordre des médecins, se dit "très inquiet et perplexe" sur le projet de loi santé. "Ce texte apporte peu de solutions aux problèmes des médecins dans leur pratique et de réponses aux patients sur le terrain", estime-t-il. Interrogé sur la généralisation du tiers payant, il considère qu'il s'agit d'une "vraie fausse bonne idée (...). Ce n'est pas cette mesure qui va faire disparaître les insuffisances du système (...). Enfin, le tiers payant ne soit pas compliqué la vie des médecins, ni renforcer le pouvoir de l'assurance maladie, qui aura la haute main sur leur trésorerie".

"Ce n'est pas un mouvement de nantis : nous ne réclamons pas plus de revenus. Nous sommes inquiets pour le système de santé", assure, dans Le Figaro, Roger Rua, président du SML, commanditaire du sondage. Quant au syndicat de généralistes MG-France, il réclame une revalorisation de la consultation et des forfaits versés aux médecins, note La Croix (page 10).

 

Des résultats espérés avant 2017

"Les résultats tardent à venir (...), ils viendront si nous nous mobilisons tous", a assuré hier le président de la République, lors de sa conférence de presse. "J'ai conscience que la ligne que j'ai tracée, que le cap que j'ai montré, nous permettra d'avoir des résultats, j'espère avant 2017", a-t-il ajouté, soulignent Les Echos (page 2). François Hollande a assuré qu'il faisait "tout ce qu'il doit" pour que "la France retrouve ses forces" et que "les Français vivent mieux".

Le pacte de responsabilité et de solidarité : "C'est un cadre pour que dans les trois ans qui viennent, chacun sache ce qu'il a à faire, ce sur quoi il peut compter, de manière à ce que les engagements soient pris et tenus. Et cela vaut pour tous les signataires, notamment la partie patronale", a expliqué le président de la République.

Le chef de l'Etat a débuté sa conférence de presse en évoquant l'épidémie d'Ebola en Afrique. Il a rendu "hommage à Médecins sans frontières et à une soignante de cette organisation", rapatriée sanitaire en France. "La France va agir financièrement" et matériellement, en acheminant "un hôpital militaire en Guinée", a-t-il indiqué. Enfin, François Hollande a très brièvement abordé la question de la protection sociale, en déclarant que "l'accès à la santé a été maintenu, voire renforcé, et les soins ont été mieux remboursés".

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)