François Fillon : un programme santé amendé pour le 21 février

François Fillon présentera un programme santé revu et corrigé mardi 21 février 2017, à l'occasion de l'événement Place de la santé, organisé par la Mutualité Française, au Palais Brongniart, à Paris.

Afin de reprendre le fil de sa campagne électorale perturbée par les récentes révélations de la presse, François Fillon complète son programme de candidat à la présidence de la République. Avec une "épée de Damoclès au-dessus de sa tête", pour reprendre l'expression du Parisien/Aujourd'hui, le candidat de la droite "se retrouve contraint à composer avec les idées des proches de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé", écrivent Les Echos. Les sarkozystes, notamment, "ont pesé pour qu'il durcisse un peu plus son discours sur la sécurité (la majorité pénale à 16 ans) et le poussent à revoir ses propositions économiques", poursuit le quotidien.

François Fillon est également attendu sur d'autres sujets, qu'il va devoir préciser, préviennent Les Echos. Il dévoilera ainsi son projet sur l'assurance maladie, mardi 21 février 2017, devant la Mutualité Française, à l'occasion de l'événement Place de la santé, qui donnera la parole aux candidats à l'élection présidentielle sur les sujets de protection sociale et de santé.

Au début de la campagne, le candidat des Républicains s'était attiré les critiques sur ces questions en projetant de confier à l'assurance maladie obligatoire le risque dit "lourd" et de laisser aux complémentaires le "petit risque". Il avait donc promis de "revoir sa copie, et créé un groupe de travail, qui a mené 93 auditions dans le monde de la santé".

Rallié à sa cause, certains proches d'Alain Juppé "ont plaidé pour que la Sécurité sociale ne renonce pas à financer les soins optiques - où l'assurance maladie ne rembourse pourtant plus que 4% des dépenses".

Dans les faits, la clarification des rôles des différents financeurs ne nécessite pas un "désengagement de la Sécurité sociale", estime Jean Leonetti, qui envisage plutôt "un partenariat avec les mutuelles pour mettre en place un reste à charge zéro". "Elles garantiraient l'accès sans frais à des verres progressifs de qualité avec une monture esthétique", précise le député LR.

Sur le même thème, "François Fillon avait promis la création d'une agence contrôlant les contrats de complémentaires santé. Cette agence indépendante pourrait en fin de compte coordonner assureurs public et privés, en contractualisant avec eux", note le quotidien.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)