croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Fonctionnaires : accord salarial reporté d’un an

Les agents de la Fonction publique ne verront pas le dégel de leur point d'indice cette année. Lors d'une réunion avec leurs syndicats, le gouvernement a annoncé le report d'un an de la mesure.

Reçus, hier, le 16 octobre 2017, par le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin, les syndicats de fonctionnaires n'ont pas caché leur déception à l'issue de leur rencontre d'une durée de quatre heures. Celui-ci, rapportent en effet Les Echos, leur "a annoncé le report d'un an de l'application de l'accord sur les carrières et les rémunérations (PPCR) négocié par le précédent gouvernement".

Sur les 5,4 millions de fonctionnaires que compte le pays, 4,4 millions seront concernés par ce différé. Lequel permettra une économie de 800 millions d'euros l'an prochain. Seuls les agents qui ont bénéficié du PPCR en 2016 et ceux qui doivent en profiter cette année ne seront pas pénalisés par la mesure. Les autres devront encore attendre, observe Le Monde, alors qu'ils demandaient "à être traités comme les salariés du privé qui, eux, devraient voir leur rémunération augmenter…".

A défaut, ajoute le journal du soir, le gouvernement a fait un geste sur la compensation de la hausse de 1,7 point de la CSG.  Celle-ci sera "intégralement compensée par une prime et, pour les fonctionnaires qui les paient, par la suppression de cotisations". Une prime qui sera versée en janvier 2018 et calculée sur la rémunération de 2017. Au 1er janvier 2019, elle sera réactualisée sur la base de la rémunération 2018.

D'ici à la fin 2017, a par ailleurs annoncé Gérard Darmanin, des discussions seront lancées afin de revaloriser les astreintes, le travail de nuit et les frais de mission. Une revalorisation bloquée depuis des années, rappellent Les Echos,. Par ailleurs, "une négociation sur le financement de la protection sociale complémentaire des agents" devrait s'ouvrir, au même titre que sera relancée la Garantie individuelle de pouvoir d'achat (GIPA) pour les agents ayant perdu du pouvoir d'achat sur les quatre dernières années.

Ainsi, la mobilisation du 10 octobre 2017 des syndicats des trois fonctions publiques n'aura pas eu grand effet sur le gouvernement. Qu'à cela ne tienne, elle pourrait se poursuivre annonce Le Monde, car l'intersyndicale a prévu de se retrouver le 24 octobre pour discuter d'une nouvelle action. Car tous, conclut Le Parisien, dénoncent le "tour de passe-passe mensonger" de l'exécutif qui affirme que le "pouvoir d'achat des fonctionnaires a augmenté de 2% en moyenne en 2016 et de 4% en 2017". Et l'annonce par le gouvernement de 120.000 suppressions de postes d'ici 2022 ne fait que renforcer leur détermination.

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)