croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Etude de l’Insee : les ouvriers meurent toujours avant les cadres

Pour un ouvrier, la probabilité de mourir dans l'année est supérieure à celle d'un cadre. L'information n'est pas nouvelle, mais elle est confirmée par l'Insee, dans sa dernière étude démographique, publiée le 18 février 2016. L'écart entre l'espérance de vie des cadres et celle des ouvriers est de 6,4 ans pour les hommes et de 3,2 ans pour les femmes. Un écart qui " n'a pas bougé depuis la fin des années 1970", constate Isabelle Robert-Bobée, chef du département des enquêtes et des études démographiques de l'Insee.

Ce qui est nouveau, rapportent Les Echos (page 6), " c'est que, depuis trente-cinq ans, l'espérance de vie a progressé et que la baisse de la mortalité a profité à peu près de la même façon à toutes les catégories sociales".

Davantage soumis aux risques professionnels (accidents, produits toxiques…), les ouvriers de 35 ans ont 18% de risque de mourir avant 65 ans, contre 7% pour les cadres.

Pour les ouvrières, le risque est de 8%, deux fois plus que les femmes cadres. La différence entre les deux catégories socio-professionnelles (CSP) s'explique notamment par le fait que les cadres adoptent des modes de vie favorables à une bonne santé. L'accès aux soins, une meilleure alimentation, l'entretien du corps, notamment par le sport, éloignent par exemple de l'obésité.

L'autre aspect des comparaisons menées par l'Insee réside dans l'inégalité entre sexes. Il en ressort en particulier que "les hommes cadres ont beau vivre 6,4 ans de plus que les ouvriers, leur espérance de vie à 35 ans demeure plus courte que celle des ouvrières", note Le Figaro (page 23). En cause : une plus grande consommation d'alcool chez les hommes et un moindre suivi médical. Toutefois, tempère le quotidien, la différence entre cadres et ouvrières tend à se réduire depuis une dizaine d'années, "notamment parce que les femmes se sont mises à fumer, contrairement à leurs aînées".

Pour la première fois, indique par ailleurs Le Figaro, l'Insee s'est aussi penché sur l'espérance de vie par diplôme. Sans surprise, plus le diplôme est élevé, plus l'espérance de vie l'est aussi. La hiérarchie entre les sexes n'en est pas pour autant renversée : en effet, "une femme qui n'a pas du tout fait d'études dispose d'une espérance de vie égale à celle d'un homme diplômé du supérieur".

A lire aussi – Insuffisance rénale : pour une dialyse à domicile

A quelques jours de la Semaine nationale dédiée aux maladies rénales (du 5 au 12 mars 2016) et de la Journée mondiale du rein, qui se tiendra le 10 mars, l'association de patients Renaloo "tape du poing sur la table", écrit Le Parisien/Aujourd'hui (page 14).

Soutenue par le député et rapporteur du budget de la Sécurité sociale, Gérard Bapt ((PS), l'association réclame la possibilité de pouvoir mener des dialyses à domicile, comme cela se fait pour d'autres actes médicaux. "Alors que le gouvernement incite à plus de soins ambulatoires", observe le député, la pratique fait de la résistance, contrairement aux Pays-Bas ou en Grande-Bretagne où elle est très développée. En France, seuls 7% des dialyses se font en effet à la maison.

De fait, le taux de dialyse en centres augmente. Il faut dire, indique le quotidien, que "la dialyse, en centre, ça rapporte : 6.000 euros par patient et par an. Au détriment des comptes de la Sécurité sociale, et de la meilleure option de soins et de vie du patient".

En bref

Social

  • "Le prélèvement à la source examiné cet été à l'Assemblée." Un collectif budgétaire pourrait être envisagé d'ici à l'été avec pour point principal le prélèvement à la source de l'impôt. Actuellement, au ministère de l'Economie, les réunions techniques s'enchaînent et les ministres Michel Sapin (Finances) et Christian Eckert (Budget) font le point chaque semaine avec Matignon sur la façon possible de mettre en œuvre cette mesure. Le choix de confier aux entreprises le rôle de collecteur semble particulièrement retenir l'attention de Bercy. Autre mesure susceptible de figurer dans le collectif budgétaire : la refonte de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des collectivités locales. Les Echos page 2.
  • "Loi travail : Myriam El Khomri évoque déjà le 49.3" Si elle ne parvient pas à convaincre les parlementaires, la ministre du Travail, Myriam El Khomri envisage le recours possible à l'article 49.3 pour faire passer son projet de réforme du Code du travail. Il faut dire qu'il est fortement contesté à gauche et par le monde syndical, notamment pour les nouvelles options de licenciements qu'il prévoit. Aux actuels "cessation d'activité de l'entreprise" et "mutations technologiques", le pré-projet de loi ajoute comme motif possible "une réorganisation nécessaire à la sauvegarde de l'entreprise", ce qui ouvre un plus large champ des possibles. L'Humanité page 7, Le Parisien/Aujourd'hui page 7, La Croix page 16, Le Monde page 10, Le Figaro pages 2 et 3 et Les Echos pages 4 et 5.
  • "Les cliniques font campagne pour éviter une baisse de tarifs." Après une année 2015 difficile pour l'hospitalisation privée, avec une diminution de 2,33% des tarifs unitaires applicables pour l'ensemble des actes, la destruction de 3.000 emplois et la division par deux des investissements, la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) s'inquiète des prochaines décisions du gouvernement concernant la baisse des tarifs hospitaliers. Les Echos page 6.
  • "La Mutuelle des étudiants s'allie à Axa pour l'assurance de biens et la banque." La Mutuelle des étudiants (LMDE) a annoncé hier la signature, à l'issue d'un appel d'offres, d'"un partenariat innovant" avec Axa. Son but : répondre "aux attentes des étudiants en matière d'accès à des services bancaires et d'assurance de biens". Les deux groupes travailleront à la construction de cette offre qui sera proposée à la rentrée prochaine. Les Echos page 33.

Et aussi

  • Pourquoi le rapport sur les solutions techniques pour la mise en œuvre du tiers payant généralisé ne retient pas la voie d'un "payeur unique". Les Echos page 6.
  • Sur fond de crise agricole, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) a prévenu le ministère du Travail que les employeurs agricoles n'appliqueront pas la réforme de la pénibilité. Les Echos page 5.
  • En 2015, il y a eu 542.516 accouchements dans le public, soit – 1,32% sur un an, contre – 5,24% dans le privé avec seulement 194.416 accouchements. Les Echos page 6.
  • Le risque de maladies infectieuses transmises par des moustiques ne cesse d'évoluer dans les départements, régions et collectivités d’outre-mer. Le Figaro page 12.
  • La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé hier qu'elle saisissait l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) afin d'enquêter sur le suicide du professeur de cardiologie Jean-Louis Megnien, qui s'est mortellement défenestré le 17 décembre à l'hôpital européen Georges-Pompidou. Le Parisien/Aujourd'hui page 13.
John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)