Etienne Caniard : « Le tiers payant généralisé va marcher »

"Le tiers payant généralisé marchera, ce sera un outil de simplification des paiements", affirme le président de la Mutualité Française, dans un entretien au Quotidien du médecin. "Les complémentaires santé ont mis en place un serveur de vérification d'ouverture des droits qui, en quelques secondes, apportera au médecin une garantie absolue de paiement et de délais", précise Etienne Caniard.

"La décision du Conseil constitutionnel de rendre facultatif l'application pour la part complémentaire n'a-t-elle pas tué cette réforme ?", interroge le quotidien médical. "Je ne crois pas, répond Etienne Caniard. Pensez-vous que les 90% de généralistes en secteur 1 vont s'amuser à appliquer le tiers payant pour la part obligatoire et à faire payer 6,90 euros pour la part complémentaire ? Evidemment non ! (…) Il serait quand même paradoxal que la santé soit le seul secteur qui n'intègre pas les outils modernes de paiement !"

Autre sujet : la contractualisation avec les professionnels de santé. "La loi Le Roux interdit aux complémentaires santé la création de réseaux de soins avec les médecins. Or certaines mutuelles contractualisent avec les établissements. Soutenez-vous cette tendance ?", demande Le Quotidien du médecin. "Interrogeons-nous : vaut-il mieux des plateformes d'orientation avec lesquelles les professionnels subissent les décisions ou un contrat entre praticiens et financeurs qui intègre des critères de qualité et précise les prix ? La seconde solution est évidemment la meilleure pour tout le monde", affirme le président de la Mutualité Française.

Alors qu'une nouvelle convention médicale est actuellement en cours de négociation, Etienne Caniard regrette "l'approche parcellaire et segmentée [qui] ne facilite pas la résolution des principales difficultés : l'articulation entre l'ambulatoire et l'hôpital, le sanitaire et le médico-social…". "Si l'on ajoute la focalisation excessive sur la valeur du "C", tellement symbolique, il est évident qu'on regarde le système de santé par le petit bout de la lorgnette", estime-t-il. "Le principal problème de la profession n'est pas financier, mais tient à l'organisation du temps médical et des conditions d'exercice", poursuit Etienne Caniard.

"Votre mandat s'achève le 23 juin. Quelle est votre plus grande fierté ?", demande Le Quotidien du médecin. "La Mutualité continue à être solidaire et à se battre pour que les restes à charge diminuent. (…) La moitié des mutuelles ont une tarification qui baisse quand l'âge de l'adhérent augmente. C'est ma grande fierté."

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)