Essai clinique mortel de Rennes : les points d’ombre

Près d'un mois et demi après l'essai clinique mené par le laboratoire Biotrial, qui a provoqué un décès et entraîné l'hospitalisation de cinq autres personnes, Le Figaro (page 9) publie une enquête qui souligne les nombreuses zones d'ombres entourant toujours cette affaire. Le quotidien accuse l'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) de "distiller les informations au compte-gouttes". Accusation aussitôt démentie par son directeur général, Dominique Martin : "Nous avons donné toutes les informations que l'on pouvait (…)."

Le comité de spécialistes temporaires (CSST), mis en place par l'ANSM explique, dans son relevé de conclusion du 15 février, avoir noté chez les volontaires touchés "des micro-atteintes tissulaires cérébrales de sévérité variable, avec une topographie tout à fait inhabituelle, mais, comme la symptomatologie clinique, homogène entre les personnes".

"On comprend que les patients du groupe hospitalisés ont bien une atteinte du cerveau dans une zone inattendue, ayant entraîné des troubles de la coordination des mouvements. Mais laquelle ?", questionne Le Figaro. Interrogé sur ce point, le directeur de l'ANSM répond : "A la base du crâne." Mais encore ? "Secret médical".

Le CSST reconnaît, "off the record", que le protocole d'essai n'aurait jamais dû donner des doses importantes à cinq personnes en même temps. Enfin, Le Figaro révèle que les essais précliniques de la molécule avaient entraîné la mort de plusieurs chiens.

De son côté, le laboratoire Bial, qui commercialise la molécule, met en avant la propriété industrielle pour expliquer la non divulgation de toutes les informations. Une position qui n'est pas jugée "acceptable" par le Pr Stephen Senn, qui préside le groupe de travail sur les enjeux statistiques des essais cliniques humains de phase 1, de la Royal statistical society de Londres. "On ne peut pas soutenir qu'il soit plus important de garder un secret industriel que d'éviter d'autres problèmes graves chez des patients impliqués dans d'autres essais cliniques. Il est nécessaire que les données puissent être discutées par tous", estime-t-il.

A lire aussi dans la presse - Défense des hôpitaux de proximité

Plus de 50.000 lits d'hospitalisation ont été fermés entre 2000 à 2012, selon l'Insee. Des centaines de services et de maternités ont disparu, déplore L'Humanité (pages 12 et 13). Dans le Lot, 25% des femmes se trouvent désormais à plus de 49 minutes d'une maternité, précise un rapport de la Cour des comptes. "La baisse de la démographie médicale et paramédicale en ville et à l'hôpital renforce les difficultés d'accès aux soins, creuse les inégalités. (…) L'éloignement constitue désormais un obstacle supplémentaire à l'accès aux soins", affirme le quotidien communiste.

La Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité propose de maintenir et de développer un maillage territorial gradué, du premier recours jusqu'aux soins les plus complexes, "en fonction de l'évaluation démocratique des besoins".

Elle préconise "la création d'un service public de santé de proximité s'appuyant sur des centres de santé pluridisciplinaires, constituant une réponse aux déserts médicaux". Selon la coordination, ces centres devront proposer le tiers payant et exclure tout dépassement d'honoraires.

En bref

Social

- "Chômage : une baisse en trompe l'œil ?" Le chômage a reculé de 0,8% en janvier. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sorti des statistiques parce qu'ils n'ont pas actualisé leur dossier connaît "une hausse inhabituellement forte", selon la Dares (ministère du Travail). Le Parisien/Aujourd'hui page 8.

- "Code du travail : la CFDT jouera un rôle central dans l'évolution du texte." Le gouvernement risquerait de rencontrer des difficultés en présentant au Parlement un texte désapprouvé par la CFDT, prévoit Le Figaro page 4.

-  "C'était Saint-Antoine contre la barbarie." Les aides-soignantes et les infirmières de l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, étaient en première ligne lors des attentats du 13 novembre. Le Monde pages 12 et 13.

Santé

-  "L'e-cigarette sera-t-elle interdite dans les lieux publics ?" Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande que l'usage de la cigarette électronique soit interdit dans les lieux collectifs fermés, y compris les cafés, bars, restaurants et discothèques. Le Monde page 9.

-  "Dépakine : Sanofi et les autorités de santé épinglés." Les patientes enceintes ont été prévenues trop tard des risques liés au médicament prescrit pour prévenir les crises d'épilepsie et les troubles bipolaires. Le Monde Economie&Entreprise page 4.

Economie

-  "Scor conforte son dynamisme et se projette en 2019." Le réassureur a dégagé, en 2015, un bénéfice net en hausse de plus de 25%, à 642 millions d'euros, précisent Les Echos page 27.

- "Pierre Fabre investit pour répondre au boom de l'automédication." Le laboratoire homéopathique double sa production de pastilles en sucre cuit, comme Drill® ou Nicopass®. Les Echos page 24.

 

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)