croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Emmanuel Macron renoue le dialogue avec les partenaires sociaux

Le président de la République reçoit ce mardi 17 juillet 2018, les partenaires sociaux pour évoquer l’agenda social de la rentrée, avec au menu les retraites et l’assurance-chômage.

"Je veux, dans cette deuxième année qui s'ouvre, redonner corps à une République contractuelle à laquelle je crois, celle qui permettra de jeter les bases d'un nouveau contrat social, celui du siècle qui s'ouvre", avait annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière devant le Congrès réuni à Versailles, rappelle Le Figaro.

"Les priorités du président sont le retour vers l'emploi, la lutte contre la pauvreté et la précarité (…), mais il veut être à l'écoute des sujets que les partenaires sociaux souhaitent aborder", souligne l'Elysée. Parmi les dossiers à l'ordre du jour du mini-sommet social de ce mardi 17 juillet 2018, l'assurance-chômage risque d'occuper la plus grande part des échanges, estime Le Monde.

Devant le Congrès, le chef de l'Etat avait créé la surprise en invitant les organisations patronales et de salariés à ouvrir une négociation sur l'Unedic, le régime d'assurance-chômage. Il s'agit, avait-il précisé, de faire en sorte que les règles du système "récompensent bien davantage la reprise d'activité, mais aussi qu'elles incitent à la création d'emplois de qualité".

Pourquoi aborder ces sujets maintenant ?, se demandent plusieurs responsables syndicaux. Le paramétrage du régime, disent-ils, a été modifié récemment avec la convention Unedic de 2017, et un accord national interprofessionnel (Ani) sur l'assurance-chômage a été conclu fin février par les partenaires sociaux, puis repris, en partie, dans le projet de loi "avenir professionnel", actuellement en cours d'examen au Parlement, explique Le Monde. Certains voient dans cette offre d'une nouvelle négociation un "piège" posé par le gouvernement, d'autres "une partie de poker menteur".

"Chaque participant viendra également avec sa propre liste de courses", prévoit Le Figaro.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, devrait évoquer la qualité de vie au travail, la protection et lutte contre les discriminations…

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, insistera sur les questions de pouvoir d'achat et de précarité.

Quant à Pascal Pavageau, nouveau leader de FO, il devrait dire au président de la République "qu'il est important que l'on retrouve notre rôle et revienne aux normes du dialogue social". Dans Le Parisien, Pascal Pavageau prévient que "FO ne vient pas signer un « contrat social » avec le président". "S'il s'agit de poursuivre la logique de casse des droits collectifs, ce sera sans nous !", ajoute-t-il.

Quant au Medef, son nouveau président, Geoffroy Roux de Bézieux, annonce, dans Le Figaro, qu'il va "élargir le sujet et dépasser la question de l'assurance-chômage pour aller sur les nouvelles formes d'emploi du marché du travail, les contrats inhérents et les mutations de l'économie".

En septembre, il reviendra au Premier ministre, Edouard Philippe, d'établir la feuille de route issue de ce mini-sommet social.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)