croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Ehpad : la télérégulation au service de la permanence des soins

L'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Donation Brière de Fontenay-en-Parisis (Val-d'Oise) expérimente depuis 2016 le recours à une plateforme téléphonique basée à Saint-Etienne : des médecins se chargent à distance de réguler les appels en cas de problème médical avec les résidents, notamment la nuit ou le week-end.

S'appuyer sur une plateforme de médecins à distance pour assurer la continuité des soins malgré un temps de présence réduit de médecins traitants : c'est la solution expérimentée depuis 2016 par l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Donation Brière de Fontenay-en-Parisis (Val-d'Oise), une structure de 86 lits, gérée par la MGEN. "En 2015, nous n'avions plus que deux demi-journées de temps médical par semaine, se souvient Yann Draye, son directeur. Avec des besoins en soins croissants, ce quota n'était pas suffisant pour assurer la sécurité médicale des résidents."

D'où l'idée de recourir à la télérégulation via la plateforme de H2AD, filiale de La Poste basée à Saint-Etienne, qui garantit la disponibilité de médecins 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. "La différence par rapport au Samu, c'est que ces médecins ont accès au dossier médical des patients, précise Yann Draye. La régulation se fait donc sur la base de leurs antécédents, leur traitement, leurs éventuelles intolérances. La décision de faire hospitaliser un patient, par exemple, est prise en fonction de son historique et de tous ces paramètres, sachant que les dossiers patients sont mis à jour chaque nuit. Le médecin régulateur dispose donc des informations les plus récentes pour dispenser un avis éclairé."

Accompagnement médical

Concrètement, en l'absence du médecin traitant, ou la nuit, le personnel de l'Ehpad peut faire appel à cette plateforme. "En cas de souci, les soignants sont rassurés par cette procédure et, petit à petit, des liens se sont tissés avec les médecins de la plateforme, ainsi qu'une certaine proximité avec les résidents. Nous sommes vraiment dans de l'accompagnement médical à distance", observe le directeur de l'établissement.

Face à ce dispositif, comment se positionnent les médecins du Samu, eux aussi chargés d'opérer une régulation des appels qui leur parviennent ? "Cela aurait pu poser problème, reconnaît le Dr Benjamin Rimaud, médecin coordinateur de Donation Brière. Mais finalement, lorsqu'il est décidé d'organiser un transport médical vers l'hôpital, en lien avec le Samu, ces derniers apprécient de parler de médecin à médecin avec les interlocuteurs de H2AD."

Logique de coopération

Financée par le fonds de développement des services de soins et d'accompagnement mutualistes (FDssam) dans le cadre d'un appel à projets sur les soins de premier recours, cette expérimentation est en cours d'évaluation médico-économique par un cabinet indépendant. "Nous percevons déjà que ce dispositif a tiré vers le haut les compétences de nos professionnels, constate Yann Draye. Plutôt que de dialoguer avec des inconnus du Samu, ces derniers correspondent désormais avec des médecins qui les connaissent, bien que n'étant pas sur place. Et l'on est bien dans une logique de coopération, car le médecin de la plateforme a besoin du personnel de l'Ehpad."

Depuis 2016, la plateforme a enregistré 117 appels. "Cela peut paraître peu, note le directeur de l'établissement, mais il faut rappeler que notre Ehpad dispose de compétences infirmières bien établies. Ce qui signifie que les appels à la plateforme sont réservés aux situations graves et importantes. Nos soignants savent déterminer s'il s'agit ou non d'une urgence nécessitant un avis médical." "De fait, nous avons diminué de 20 à 25% le recours à l'hospitalisation, comptabilise Benjamin Rimaud, sachant que ces situations sont particulièrement délétères pour les personnes âgées."

Sabine Dreyfus

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)