Ebola : fin de l’épidémie

Plus de deux ans après l’apparition de l’épidémie, l’Afrique de l’Ouest a enrayé "toutes les chaînes connues de transmission" du virus, a annoncé hier l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une maladie dévastatrice, qui a provoqué officiellement 11.315 morts sur 28.637 cas recensés officiellement, précise Libération (page 7).

"La date du 14 janvier marque donc un événement clé, mais ce n’est pas la fin d’Ebola, car nous savons que nous aurons encore d’autre flambées, déclare dans Le Monde (page 5), Bruce Aylward, représentant spécial de l’OMS pour la riposte à Ebola. C’est un moment crucial où le monde peut penser que le travail a été accompli, alors que le risque n’a pas encore totalement disparu. "

La Sierra Leone était sortie de l’épidémie le 7 novembre, suivie de la Guinée le 29 décembre. Il ne restait plus que le Liberia, qui a atteint hier son 42e jour sans nouveau cas depuis le second test sanguin négatif sur le dernier patient.

Mais ce n’est pas encore la fin officielle de l’épidémie. Les pays doivent encore passer l’étape de la "surveillance renforcée" de 90 jours pour qu’elle soit décrétée. Médecins sans frontières (MSF), un des principaux acteurs de la lutte anti-Ebola a appelé à "tirer les leçons" de cette crise sanitaire.

La mobilisation "n’a pas seulement été limitée par le manque de moyens internationaux, elle l’a également été par le manque de volonté politique de déployer rapidement une aide", estime, dans Libération (page 7), Joanne Liu, présidente de MSF.

De son côté, David Nabarro, représentant spécial de l’ONU, estime que "le plus gros échec collectif dans la lutte contre Ebola, c’est de ne pas avoir associé plus tôt les communautés, de ne pas avoir mis le paquet sur l’appui d’ethnologues, de sociologues, de solutions sanitaires durables. Mais ce n’était pas simple : la virulence et la violence de l’épidémie ont pris tout le monde de court."

Dans Libération, Augustin Augier, de l’ONG Alima considère qu’on "parle beaucoup de remettre à flot des systèmes de santé déjà en faillite avant Ebola, mais derrière les milliards de dollars d’aide promis, pour la plupart du recyclage, on risque de revenir au business as usual".

"L’OMS n’a pas échoué", rétorque Bruce Aylward face à ces vives critiques. "On peut accuser l’OMS, mais c’est aux Etats membres que revient la responsabilité finale pour faire en sorte que ce nouveau dispositif soit efficace. Car ce qui s’est passé face à Ebola ne doit plus se reproduire", conclut, dans Le Monde, le représentant spécial de l’organisation.

A lire également - Plan d'urgence pour l'emploi

Le plan d’urgence pour l’emploi sera présenté en début de semaine prochaine par le président de la République. Sans même attendre son contenu précis, les derniers arbitrages étant rendus ce week-end, Les Echos (page 4) s’interrogent déjà sur le coût des futures mesures et avance la somme de 2 milliards d’euros. Ce chiffre "n’est pas loin de la vérité", a concédé hier sur Europe 1, le ministre des Finances, Michel Sapin. Selon lui, cette dépense nouvelle sera toutefois "compensée par des économies supplémentaires" et n’entraînera pas "de hausse de la fiscalité". La formation de 500.000 chômeurs est estimée à un milliard d’euros environ, mais l’Etat espère qu’elle sera financée en grande partie par les régions et par le Fonds de sécurisation des parcours, géré par les partenaires sociaux, précise le quotidien économique. Enfin, la future prime à l’embauche dans les PME devrait avoisiner les 2.000 euros et cibler les bas salaires, avancent Les Echos.

En bref

Santé

  • "Cannabis : la proposition de choc d’un pneumologue." Bertrand Dautzenberg, tabacologue, s’est prononcé hier en faveur d’une dépénalisation encadrée du cannabis. L’Humanité page 23.
  • "Dépakine® : l’enquête pénale avance." Les généticiens s’interrogent sur le lien entre les pères traités à l’acide valproïque, principe actif de la Dépakine®, et l’épilepsie de leurs enfants. Le Figaro page 10.
  • "Arnold Munnich contre les imposteurs de la génétique." Dans un livre sans concession, le généticien Arnold Munnich pourfend les idées fausses et révèle les vraies avancées dans sa discipline. Le Point n° 2262, pages 74 et 75.

Economie

  • "2015 se solde par un déficit de l’Etat meilleur que prévu." Le déficit budgétaire de l’Etat a atteint 70,5 milliards d’euros, soit 4 milliards de mieux qu’escompté. Le Figaro-économie page 21 et Les Echos page 4.
  • "Pourquoi la cyber-assurance peut croire à son essor en France." Plus de la moitié des entreprises et des particuliers seraient prêts à s’assurer pour se protéger des cyber-attaques. Aujourd’hui, moins de 5% des entreprises sont équipées. Les Echos page 29.

 

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)