croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Drôle d’histoire au Conseil économique, social et environnemental (Cese)

C'est une histoire singulière que raconte la journaliste Claire Guélaud dans lemonde.fr à propos du Conseil économique, social et environnemental (Cese). Le 16 novembre, jour de son investiture, le nouveau président de cette institution, Jean-Paul Delevoye, "rappelle que sa candidature a reçu l'assentiment du chef de l'Etat et que ce dernier l'a nommé en tant que personnalité qualifiée ce qui, a-t-il dit ”est une marque de confiance et de respect, mais non d'allégeance”".

Lors du débat, le président du groupe de la CGT, Thierry Lepaon, demande la parole. "Il reprend mot à mot les critiques qu'il a formulées, quelques jours plus tôt, sur la politisation du Conseil et la tentative de re­prise en main de cette institution par le pouvoir", écrit Claire Guélaud.

Avant d'ajouter : "M. Lepaon dénonce en des termes vifs les choix opérés par le président de la République, n'excluant pas qu'ils s'apparentent ”à l'inscription au tableau d'honneur, aux petits arrangements entre amis, aux remerciements pour service rendu plus qu'au sens de l'intérêt général”". Comme le relève la journaliste, ce discours "ne manque pas de saveur" alors que la CGT avait annoncé qu'elle s'abstiendrait lors de l'élection du président, ce qui "joue contre la candidature de M. Davant".

Dans l'hémicycle, cette charge cégétiste laisse des traces puisque le candidat de la CGT à la vice-présidence, Pierre-Jean Rozet "n'obtient pas le nombre de voix pour être élu, alors que les candidats du Medef, de la FNSEA et même celui de la CFTC remportent leur vice-présidence sans problème". Mais le syndicat va se trouver un allié en la personne de Raymond Soubie, nouvellement nommé au Cese et toujours conseiller social de Nicolas Sarkozy. Celui "qui a toujours manifesté une certaine empathie avec la CGT" suggère "de créer une sixième vice-présidence et demande à ses nombreux amis ou obligés de soutenir cette fois la candidature de la CGT. Ce qui est fait".

Médecins : Nicolas Sarkozy favorable au forfait
Le président de la République a annoncé hier au congrès de l'Association des maires de France qu'il allait "complètement repenser le statut et la rémunération" des médecins libéraux, évoquant le développement du paiement au forfait, soulignent Les Echos (page 6). "La rémunération à l'acte restera la base", a toutefois ajouté Nicolas Sarkozy, qui doit recevoir vendredi les propositions d'Elisabeth Hubert, chargée d'une mission pour renforcer l'attractivité de la "médecine de proximité", et ancienne ministre de la Santé.

La CSMF, premier syndicat de médecins libéraux, semble prête à accepter une rémunération au forfait pour certaines tâches administratives ou concernant la prévention et la permanence des soins. De son côté, le syndicat de généralistes MG-France juge "urgent de développer le forfait pour les médecins traitants, qui ne sont pas correctement payés lorsqu'ils coordonnent les soins des patients".

Le chef de l'Etat veut aussi s'attaquer à la désertification médicale, qui frappe "des régions entières". Il a annoncé des aides aux étudiants en médecine qui "s'engageront à s'implanter" dans les régions sous-dotées à l'issue de leurs études. "Je crois à l'incitation pour lutter contre la désertification médicale", a renchéri le nouveau ministre de la Santé, Xavier Bertrand, à l'Assemblée. Incitation, mais toujours pas de pénalités à l'encontre des praticiens qui refusent de prêter main-forte à leurs collègues dans les déserts médicaux.

Prévues dans une loi de 2009, mais jamais appliquées, ces pénalités devraient être définitivement écartées par le biais d'une proposition de loi du sénateur UMP Jean-Pierre Fourcade. Par ailleurs, dans un texte préparatoire à sa plate-forme santé pour l'élection présidentielle, l'UMP se pro­nonce pour une rémunération des médecins "profondément transformée" et remet en question "l'unicité du sacro-saint paiement à l'acte", souligne Le Quotidien du médecin de mardi (page 4).

Jean-Michel Molins et John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)