croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

DMP : lancement du carnet de santé numérique pour tous

Le dossier médical partagé (DMP) est accessible à tous les patients depuis le 6 novembre 2018. Ce carnet de santé numérique vise à améliorer la prise en charge du malade et la coordination des soins, grâce à une centralisation des données médicales. Chacun peut le créer sur le site www.dmp.fr ou chez un professionnel de santé.

Le déploiement du dossier médical partagé (DMP) a été officialisé le 6 novembre 2018, à la suite d'une expérimentation de dix-huit mois menée dans neuf départements. Désormais, chaque patient peut créer son DMP en se connectant sur le site www.dmp.fr ou via une application smartphone intitulée DMP. Le patient peut aussi effectuer cette démarche auprès de sa caisse primaire d'assurance maladie (Cpam), ou lors d'une consultation avec un professionnel de santé, que ce soit en ville ou dans un établissement de santé. L'ouverture du DMP est notamment réalisable par les infirmiers et les pharmaciens.

"Une évidence, comme la carte vitale"

Le DMP, dont la vocation affichée est de devenir le "carnet de santé numérique pour tous", est "emblématique de la stratégie de transformation du système de santé engagée par le président de la République et par le gouvernement en septembre dernier", a indiqué Agnès Buzyn, ministre de la Santé, à l'occasion de la conférence de presse de lancement. "Le dossier médical partagé a été longtemps attendu, maintes fois annoncé, maintes fois repoussé. Il doit devenir demain une évidence pour tous les Français, un peu comme l'est devenue la carte vitale", a ajouté Agnès Buzyn. Ce chantier avait été initié en 2004, rappelle-t-on.

L'objectif du DMP est d’améliorer la prise en charge du patient et la coordination des soins, grâce à une centralisation des informations médicales du malade. Ainsi, les professionnels de santé consultés peuvent directement alimenter le DMP en y intégrant des comptes-rendus d'hospitalisation ou de consultation, des résultats d'analyses ou d'examens, des radiographies, etc. Le médecin traitant a la possibilité de remplir un volet de synthèse médicale, un document rapidement accessible aux autres professionnels de santé.

Un dispositif sécurisé

En tant qu'acteur de sa santé, le patient peut également ajouter dans son DMP des documents ou tout renseignement qu'il jugera utile pour son suivi médical, comme par exemple son groupe sanguin ou ses allergies éventuelles. L'historique des soins et des remboursements effectués dans les 24 derniers mois par l'assurance maladie est automatiquement inséré au DMP après sa création. Le dispositif étant entièrement sécurisé, seul le patient et les professionnels ont accès à ces données de santé confidentielles.

Au 30 octobre 2018, plus de 1,8 million de personnes disposaient déjà d'un DMP. "Dans la dernière statistique hebdomadaire, nous étions au-dessus de 80.000 DMP ouverts par semaine. Ce chiffre doit monter si nous voulons atteindre l'objectif de 40 millions DMP ouverts dans les quatre ans", a expliqué Nicolas Revel, le directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam). L'assurance maladie affecte au DMP un budget informatique de 15 millions d'euros annuels.

"La mémoire de votre santé"

Pour accompagner ce déploiement, la Cnam lance une campagne de communication le 9 novembre, avec comme slogan : "DMP. La mémoire de votre santé." Des spots télévisés, des affiches visibles dans une cinquantaine d'agglomérations et des bannières Internet sensibiliseront le grand public à ce nouvel outil numérique qui évitera "les recherches fastidieuses" pour retrouver des documents médicaux. Surtout, l'accès au DMP par les équipes médicales permettra de mieux prendre en charge les patients en cas d'urgence ou de déplacement loin du domicile. Le DMP évitera la prescription d'examens médicaux déjà réalisés, ainsi que d'éventuelles interactions médicamenteuses.

Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)