Dépenses de santé : objectif respecté en 2016

L'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) devrait être respecté en 2016. Les soins de ville ont toutefois été plus coûteux que prévu, souligne le Comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie.

En 2016, les dépenses d'assurance maladie sont estimées à 185,2 milliards d'euros, soit un objectif "très proche" de celui que s'était fixé le gouvernement dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), a indiqué le Comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie, le 13 avril 2017.

Le gouvernement avait misé sur une croissance de l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) de 1,8% par rapport à 2015, rapporte Le Figaro. Un taux qui devrait être respecté, analyse le Comité d'alerte dans son avis, même s'il cache une "situation très contrastée". Et notamment "un dérapage des soins de ville", note Le Figaro.

Ces dépenses atteindraient en effet 85,1 milliards d'euros. Soit 500 millions de plus que l'objectif rectifié fixé pour 2016 dans le budget de la Sécu pour 2017. Ou encore, 743 millions d'euros de plus que prévu par la loi de financement pour 2016. Particulièrement responsables de cette hausse imprévisible, les honoraires médicaux et dentaires, de même que les honoraires paramédicaux et les dépenses d'indemnités journalières ou celles des transports sanitaires, indique Sciences & Avenir.

Les dépenses des établissements de santé, pour leur part, ont été en deçà des prévisions : elles se sont élevées à 77,6 milliards d'euros, soit 370 millions d'euros de moins que prévu.
Pour 2017, le budget de la Sécu table sur 190,7 milliards d'euros de dépenses, prévient le site de BFM-TV. Ce qui représente une progression de 2,1% par rapport à 2016.

A noter : "Les dépenses de soins de ville plus élevées que prévu en 2016 se reportent en grande partie sur 2017 et créent un effet de base défavorable de 400 millions d'euros", estime le comité d'alerte. En d'autres termes, résume L'Opinion, "les dépenses de santé [sont] bien parties pour déraper cette année".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)