croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Dépendance : financer le tarif des Ehpad en fonction des revenus

La dépendance et son financement reviennent au centre des débats. La Mutualité Française a avancé des propositions pour alléger les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes âgées les plus modestes.

Des pistes de réforme sont actuellement à l'étude pour alléger le financement de la dépendance des personnes les plus modestes. Depuis la rentrée, le gouvernement a lancé une réflexion nationale sur sa prise en charge, via plusieurs groupes de travail présidés par Dominique Libault, ancien directeur de la Sécurité sociale et président du Haut Conseil du financement de la protection sociale. Celui-ci doit rendre son rapport le 15 mars prochain.

Compte tenu du coût parfois très élevé des séjours en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), l'idée d'"adapter le prix d'une chambre à l'argent que peut verser un retraité en perte d'autonomie" a été avancée, a indiqué RTL. "C'est une piste de travail, mais rien n'est arrêté", a souligné le ministère de la Santé et des Solidarités, rapporte Le Figaro.

Cette initiative, enchaine le site de Capital, "avait déjà été proposée par la Mutualité Française. Alors que le reste à charge d'un résident en Ehpad est dix fois plus important en France qu'en Suède ou au Danemark, elle avait évoqué une dégressivité des tarifs des Ehpad en fonction du niveau de revenus de la personne âgée, grâce à un système de subventions publiques".

Cette tarification progressive des Ehpad en fonction des revenus fait partie des 21 propositions formulées par la Mutualité Française fin décembre. Interrogé le mercredi 23 janvier 2019, dans les journaux de France 2 et de France 3, son président, Thierry Beaudet, a rappelé que le reste à charge moyen pour les résidents "est de 2.000 euros pour un résident sur deux. C'est un montant supérieur aux ressources disponibles. Il faut donc agir pour réduire le reste à charge".

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur BFM TV, Albert Lautman, directeur général de la Mutualité Française, a indiqué que l'idée de ce dispositif consiste à "faire un barème du prix de l'Ehpad en fonction des ressources". Pour les détenteurs de petites ressources, qui bénéficient déjà d'une aide départementale, une forme de gratuité serait maintenue. Pour les autres personnes aux revenus supérieurs, le montant serait progressif.

Parmi les autres propositions avancées par la Mutualité Française, indique encore Le Figaro, il est prôné de "faire plus de prévention et d'aider les personnes âgées à préserver leur capital autonomie, notamment grâce aux nouvelles technologies (habitat aménagé, domotique, bracelets et capteurs détecteurs de chutes, chemin lumineux, etc.).
Un soutien aux 4,3 millions d'aidants familiaux est également proposé, "par exemple en prenant compte dans la retraite le fait d'arrêter de travailler pour s'occuper d'un proche dépendant".

A lire aussi dans la presse

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)