croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Dentistes sous surveillance

L'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) a installé hier un observatoire des dépenses dentaires et proposera aux assurés sociaux, dès 2008, un service d'information téléphonique sur les tarifs pratiqués par les dentistes, annonce le quotidien Les Echos (page 4).

L'observatoire est mis en place par l'Uncam, les deux syndicats de dentistes signataires de la convention dentaire de 2006, et l'Union nationale des organismes d'assurance maladie complémentaire (Unocam). Il sera chargé d'"analyser l'évolution de la dépense dentaire en s'attachant particulièrement à suivre l'évolution des honoraires de prothèses dentaires", précise L'Humanité (page 7).

L'Uncam regrette en effet que les premiers résultats observés, contrairement à l'engagement conventionnel des syndicats dentaires, fassent apparaître une hausse de 3,5% des dépassements moyens pratiqués sur les prothèses dentaires. Dès la signature de la convention, la Mutualité française avait mis en garde contre ce risque. Aussi l'assurance maladie a-t-elle hier "solennellement demandé aux syndicats de praticiens (...) de veiller au respect de leur engagement".

L'Uncam va parallèlement "intensifier ses contrôles" à l'égard des chirurgiens-dentistes dont les honoraires dérapent sur les prothèses. Entre 2005 et 2006, les dépenses de soins dentaires remboursées par le régime général ont cru de 3%, en raison notamment de la revalorisation des soins conservateurs intervenue en juin 2006. Les dépassements d'honoraires pratiqués sur ces soins conservateurs ont quant à eux diminué de 10%, note l'assurance maladie.

Le Comité d'alerte sur l'évolution des dépenses d'assurance maladie doit se prononcer aujourd'hui sur l'impact financier des mesures proposées la semaine dernière dans les plans de redressement des trois principaux régimes, rappelle La Tribune (page 23). Les économies attendues s'élèvent à près de 1,5 milliard d'euros d'économies. Il reviendra ensuite au gouvernement, probablement mercredi lors de la réunion de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, d'annoncer les mesures retenues.

"Nous réfléchissons à toutes les solutions, aux modalités d'application des franchises, mais nous regardons aussi la possibilité de mettre en place un bouclier sanitaire", a confié à La Tribune un membre du gouvernement, sous couvert d'anonymat. Ce dispositif laisserait à la charge de l'assuré social des sommes ne pouvant pas dépasser 3 à 5% de ses revenus bruts. François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste estime que l'idée mérite d'être "regardée" et "réfléchie".

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)