croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Densité médicale : pas de remontée avant 2025

Selon des projections de la Drees, la densité de médecins diminuerait jusqu'en 2022, avant de repartir à la hausse en 2025.

Les effectifs des médecins devraient légèrement diminuer jusqu'en 2021 avant de repartir ensuite à la hausse. C'est l'une des prévisions de la direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (Drees) des ministères sociaux dans son Portrait des professionnels de santé édition 2016.

Cette projection des effectifs dépend fortement de deux hypothèses : le niveau de flux de médecins à diplôme étranger et l'âge de cessation définitive d'activité des médecins. La Drees base ses projections sur un flux de médecins à diplôme étranger maintenu à son niveau de 2015 (soit environ 1.500 nouveaux praticiens par an) et ne prend pas en compte dans l'offre de soins les médecins de plus de 70 ans.

Projection de la densité standardisée par les besoins de soins des médecins à l'horizon 2040

densite-medicaleSources : Adeli, RPPS, Projections Drees 2015, Insee estimations de population, projection de population 2007-2060.

Sous ces hypothèses, la densité médicale, c'est-à-dire le nombre de médecins par habitant, chuterait davantage que les effectifs en raison de l'augmentation de la population française de 10% sur la période, explique la Drees. "Elle baisserait de 3,2 à 3,1 médecins pour 1.000 habitants entre 2016 et 2022, atteignant à cette date un point bas égal à la densité de l'année 2002, avant de remonter à partir de 2025, pour retrouver le niveau de 2016 seulement en 2031. En revanche, en 2040, la densité de médecins serait supérieure de 13% à la densité de 2016", détaille la Drees (voir graphique).

Portrait des professionnels de santé. Edition 2016

Anne Baudeneau

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)