croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Découvrir le cancer en dépistant la trisomie

Les résultats obtenus par l’équipe de l’hôpital de Louvain, en Belgique, sont "étonnants", écrit Le Figaro (page 10) : en recherchant des traces éventuelles de trisomie 21 dans l’ADN fœtal circulant dans le sang d’une femme enceinte, les scientifiques sont parvenus à déceler les traces précoces de tumeur chez la future mère.

Les chercheurs sont enthousiasmés par cette découverte, écrit Le Figaro (page 10) à l’appui de ces résultats publiés dans la revue Jama Oncology, car elle "suggère l’arrivée possible d’un test de dépistage du cancer avant l’apparition des symptômes par une simple prise de sang". Un test de dépistage susceptible d’être adapté et appliqué à un champ plus large de la population.

Pour parvenir à cette découverte, explique le Pr Joris Vermeesch, responsable de l’étude au centre de génétique humaine de Louvain, "nous avons étudié tout l’ADN disponible à la recherche d’autres anomalies chromosomiques que les trisomies 13, 18 et 21 habituellement recherchées. Nous en avons finalement trouvé plusieurs, dont trois cas de nombre aberrant de chromosomes évoquant la possibilité d’un cancer chez la mère".

En cas de cancer, en effet, certaines cellules tumorales meurent spontanément et libèrent leur ADN que l’on retrouve ensuite dans la circulation sanguine. Plus le cancer est évolué, plus abondantes seront les traces de cet ADN. C’est justement grâce à cette diffusion significative que trois femmes enceintes, se pensant en bonne santé, ont respectivement révélé un cancer de l’ovaire, un lymphome folliculaire et un lym­phome de Hodgkin.

Sans les indications permises par le dépistage prénatal avancé non invasif (DPANI), les tumeurs n’auraient peut-être pas été identifiées rapidement, et l’IRM, réalisée plus tard, n’aurait pas pu les confirmer. En effet, les symptômes associés à la grossesse (saignement, douleurs abdominales, fatigue…) masquaient ceux qui étaient en réalité propres aux cancers.

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)