croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

De plus en plus de seniors actifs

Selon une étude de l'Insee intitulée "France, portrait social", le taux d'emploi des seniors a triplé en dix ans.

En 2006, seul 1,1% des plus de 65 ans exerçait encore une activité. Onze ans plus tard, ils sont désormais près de 3% à travailler encore. Tel est le principal constat de l'étude que vient de publier l'Insee, sous le titre "France, portrait social", et dont rendent compte plusieurs quotidiens ce matin.

Dans le détail, explique Le Figaro, 6,6% des seniors dans la tranche d'âge 65-69 ans sont encore dans l'emploi. Un emploi que 70% d'entre eux cumulent avec leur pension. Les femmes représentent 41% de ces travailleurs âgés, pour la plupart, vivant seules, peu diplômées, souvent immigrées et employées à temps partiel dans le secteur domestique ou les services à la personne et l'aide sociale.

Et "34% sont des personnes très diplômées occupant des emplois qualifiés (médecins, avocats, professeurs), 18% des artisans, commerçants, chefs d'entreprises, et 7% des agriculteurs âgés", complète La Croix.

Alors qu'en 2018, les plus de 65 ans représentent 19% de la population, soit 13,1 millions de personnes, leur nombre devrait s'accroître avec le temps du fait de l'allongement de la durée de vie. Selon l'Insee, rapporte La Croix, le taux de seniors sera de 29% en 2070, et, sur la même période, la part des plus de 75 ans doublera, passant de 9 à 18%.

Une telle étude pourrait constituer une opportunité pour le Premier ministre, Edouard Philippe, et ses ministres, suppose Libération, dans un article intitulé "Les seniors vont mieux mais travaillent vieux". Selon le quotidien, le gouvernement y trouvera de "précieux arguments pour justifier les « efforts » demandés aux plus âgés - hausse de la CSG sans compensation en 2018, quasi-gel des pensions en 2019 - pour financer les « gains de pouvoir d'achat » en faveur des salariés".

Au-delà de cette étude, le Conseil d'orientation des retraites (Cor) vient de produire un document sur l'emploi des seniors, qu'ont pu consulter Les Echos. Bien que le futur régime universel de retraite ébauché par Emmanuel Macron prévoit de fonctionner par points, et non plus annuités, l'âge minimum légal de départ sera tout de même maintenu à 62 ans, avec, avertit le Cor, "le risque que l'âge minimal des droits soit considéré comme la nouvelle référence en matière de départ à la retraite". De fait, "le taux d'emploi des seniors pourrait diminuer, ce qui serait susceptible d'avoir des conséquences négatives sur la croissance et les comptes sociaux".

En conséquence, concluent Les Echos, le haut-commissaire à la Réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, devra trouver "une solution pour remplacer les dispositifs qui incitent aujourd'hui à prolonger l'activité des seniors : surcote, cumul emploi-retraite et retraite progressive".

A lire aussi dans la presse