Convention médicale : les négociations dans l’impasse

Cela fait quatre mois que l'assurance maladie, les syndicats de médecins et les complémentaires santé tentent de trouver un accord sur la convention médicale. En vain. Il ne reste plus que quatre réunions, dont celle de demain mardi, pour trouver un terrain d'entente pour les cinq ans à venir. "La partie s'annonce difficile", prévoit Le Parisien.

"Pour l'heure, la proposition de porter la consultation de base des généralistes de 23 euros à 25 euros a été diversement accueillie par les syndicats de médecins", note le quotidien. MG-France y est favorable, contrairement à la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), qui estime que "le compte n'y est pas". La séance de demain sera consacrée aux actes techniques. "Parmi les 6.000 que compte la nomenclature, certains ne sont jamais pris en charge par la Sécurité sociale, d'autres le sont à 50%, comme le frottis vaginal, d'autres enfin n'ont pas été revalorisés depuis longtemps", note le journal.

"Mais avec une croissance des dépenses de santé plafonnée par le gouvernement à 1,75% pour 2016, et encore moins pour les années suivantes, la marge de manœuvre de Nicolas Revel est mince", juge Le Parisien. Le directeur général de la Cnam a toutefois lâché du lest de la séance consacrée au "forfait structure" et à la rémunération sur objectif de santé publique (ROSP).

Très attendu par les médecins, le "forfait structure" doit permettre de "financer l'équipement du cabinet médical et d'embaucher du personnel afin de soulager les médecins des tâches administratives", rappelle Le Parisien. L'assurance maladie n'y est plus hostile et propose une aide de 1.700 euros par an et par médecin.

"C'est archi-insuffisant, dénonce Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF). Les pouvoirs publics n'ont vraiment pas conscience de la chute de la démographie médicale."

Quant à la rémunération sur objectif de santé publique (6.750 euros en moyenne par généraliste et par an), elle prend en charge le respect de vingt-neuf critères dont le taux de vaccination des patients âgés, la prescription de génériques, la prévention du cancer... L'assurance maladie souhaite en augmenter le montant moyennant 420 euros de plus par médecin. "Mais la réunion la plus dure sera sans doute celle du 29 juin. On y parlera encore honoraires, ceux des spécialistes cette fois", estime Le Parisien.

Nicolas Revel vient de demander aux syndicats de médecins deux séances de négociations supplémentaires, fin juillet.

A lire aussi

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)