croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Consultation des généralistes : 25 euros au 1er mai 2017

"La négociation est close", a déclaré hier soir, vers minuit, Nicolas Revel, le directeur général de l'assurance maladie, à l'issue de la réunion concluant cinq mois de travaux pour parvenir à un accord sur la nouvelle convention médicale avec les syndicats de médecins libéraux.

Son ultime proposition : valoriser la consultation des généralistes de 23 à 25 euros en une seule fois, le 1er mai 2017. En fin de semaine dernière, il avait proposé une hausse en deux étapes : 1 euro au 1er avril 2017 et un autre euro le 1er décembre, rappelle le site du Parisien/Aujourd'hui.

Soulignant un effort "extrêmement important et qui n'a pas de précédent", Nicolas Revel a souhaité "voir rassemblés les cinq syndicats, le 26 août", pour la séance de signature. Seuls MG-France, (généralistes) et le Bloc (chirurgiens, gynécologues-obstétriciens et anesthésistes) ont signé le protocole d'accord de fin de négociations. "Oui, MG-France va signer, [...] nous avons gagné la bataille de la revalorisation dans le contexte d'un pays qui connaît des difficultés financières et économiques, c'est inespéré !", s'est réjoui hier Claude Leicher, président du principal syndicat de généralistes, MG France dans Les Echos.

Les regards sont désormais tournés vers la CSMF. Son président, Jean-Paul Ortiz, s'est montré critique, affirmant qu'"il y a encore beaucoup de choses à revoir, même s'il y a des avancées", rapporte le site du Figaro.

Trois syndicats, la CSMF, la FMF et le SML vont désormais consulter leurs instances ou leurs bases pour se prononcer. Les syndicats de médecins ont jusqu'au 25 août pour donner leur accord. S'ils ne le font pas, un règlement arbitral, moins avantageux pour eux, sera alors confié au président du Haut Conseil de la famille, Bertrand Fragonard, rappelle le site de Libération.

Pour parvenir à un accord, l'assurance maladie a mis sur la table "960 millions d'euros (1,3 milliard en comptant la part des complémentaires santé)", indiquent Les Echos.

A lire aussi

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)