Conseil économique, social et environnemental (Cese) : nouvelle mandature

L'hémicycle du Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) entame une nouvelle mandature de cinq ans. Le président de la FNMF, Etienne Caniard, fait partie des conseillers nouvellement nommés au sein du groupe de la Mutualité de cette assemblée. Les deux autres membres de ce groupe sont Pascale Vion et Thierry Beaudet, qui voient leur mandat renouvelé.

Le mandat des 233 conseillers du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a pris fin le 15 novembre. Pour la nouvelle mandature, les organisations représentantes de la société civile (patronat, syndicats, associations…), parmi lesquelles la Mutualité Française, ont désigné leurs nouveaux membres.

Le gouvernement a, de son côté, adopté le 5 novembre la liste des 40 personnalités qualifiées, choisies par le chef de l'Etat au titre de leur expérience. L'ensemble des conseillers siégeront pour cinq ans au sein de cette troisième assemblée de la République. Ils se réuniront le 1er décembre en séance plénière pour élire leur nouveau président parmi trois candidats.

Etienne Caniard, président de la Mutualité Française et nouveau membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)

Etienne Caniard, président de la Mutualité Française et nouveau membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Au sein du groupe de la Mutualité au Cese, qui compte trois membres, Thierry Beaudet, président du groupe MGEN et vice-président de la FNMF, et Pascale Vion, secrétaire générale d'Adréa mutuelle et vice-présidente de la FNMF, ont vu leurs mandats renouvelés. Le troisième conseiller est Etienne Caniard. Pour ce premier mandat, le président de la Mutualité Française insiste sur l'importance des "travaux prospectifs, qui doivent être la marque de fabrique du CESE à l'heure où nous avons de plus en plus de mal à nous inscrire dans le temps long, à anticiper les réflexions sur le futur".

Faciliter le dialogue social

Pour le président de la FNMF, "anticiper suppose de sortir des logiques institutionnelles, plus que jamais aujourd'hui, face aux ruptures qui se profilent". Dans ce cadre, "le Cese doit veiller à l'équilibre entre la présence de partenaires habituels du dialogue social – non pour le dupliquer mais pour le faciliter – et une représentation moins institutionnelle de la société".

L'engagement des acteurs traditionnels du dialogue social est donc à ses yeux "la condition d'un travail fructueux… si l'on ne confond pas le Conseil avec une instance paritaire". "C'est la raison de notre soutien à la démarche du Collectif pour le renouveau du Cese, poursuit Etienne Caniard. Mais veillons à ce que les représentants des différentes composantes de cette assemblée ne soient pas des « gardiens du temple » qui veillent sur des rites immuables".

Sabine Dreyfus

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)