croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Cigarettes : interdiction de marques « chics »

La ministre de la Santé a signé hier un arrêté visant à interdire certaines marques de cigarettes présentant une image chic ou attractive. Les augmentations de prix "viendront plus tard".

"C'est une nouvelle victoire pour les militants antitabac. Après avoir imposé les paquets neutres, le gouvernement va interdire plusieurs noms de marques de cigarettes et cigarillos donnant une image trop valorisante du tabac", analyse La Croix.

Un arrêté devrait paraître au "Journal officiel" de mercredi interdisant les cigarettes vendues sous le nom de Vogue, Corset, Fine et Allure, ainsi que les cigares et cigarillos Café Crème, Paradiso et Punch. Si elles veulent continuer à commercialiser ces produits les firmes devront en changer le nom.

Avec cette mesure, la France ne fait que transposer une directive européenne de 2014. "L'objectif est de casser la stratégie des firmes qui utilisent des noms de cigarettes détournant l'attention sur la dangerosité de leur produit", explique, dans La Croix, le Pr Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme. Ce combat a démarré au niveau européen en 2001 avec l'interdiction des mentions "légères", "douces" ou "light" sur le paquet. Elles "trompaient les fumeurs en laissant penser, à tort, que ces cigarettes étaient moins dangereuses", souligne Yves Martinet. C'est pour contrer cette stratégie qu'a été prise cette directive européenne de 2014.

Le texte stipule que les firmes ne peuvent utiliser des messages ou des marques évoquant notamment des "propriétés vitalisantes, énergisantes, curatives, rajeunissantes, naturelles, biologiques" ou un "mode de vie, en termes de perte de poids, de pouvoir d'attraction sexuelle, de statut social, de vie sociale ou de qualités telles que la féminité, la masculinité ou l'élégance", précise La Croix.

Depuis le 1er janvier, les buralistes ne peuvent vendre que des paquets neutres, totalement uniformisés. S'il est encore trop tôt pour mesurer précisément l'impact de cette mesure, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) vient d'annoncer qu'en décembre 2016, par rapport au même mois de l'année précédente, les ventes de cigarettes ont reculé de 14,3% et celles de tabac à rouler de 6,9%.

"Pour les cigarettes, c'est la plus forte diminution de mois à mois depuis septembre 2013", souligne l'OFDT, estimant que cette baisse peut être imputée à l'opération "Moi(s) sans tabac", menée en novembre par les autorités sanitaires. "Les linéaires quasi exclusivement composés de paquets neutres, depuis le 20 novembre, peuvent également avoir influencé les achats", estime l'OFDT. Seul bémol : si les prix du tabac à rouler vont augmenter, ceux des cigarettes vont "rester stables", a indiqué hier Marisol Touraine sur RTL, tout en promettant que "les augmentations viendront plus tard".

Par ailleurs, les cigarettiers sont accusés de tricher avec la règle du prix unique des paquets de cigarettes, notent Les Echos. Sur RTL, la ministre de la Santé a critiqué les industriels qui "ont contourné les règles". "Les fabricants s'ajustent à la concurrence d'un mois sur l'autre, en affichant des marques légèrement différentes", confie aux Echos une source ministérielle. Pour ces contrevenants, la sanction peut aller jusqu'à un refus d'homologation.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)