croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Cigarettes : controverse autour du paquet neutre à l’Assemblée nationale

Le paquet de cigarettes neutre va-t-il passer le cap de l'Assemblée nationale ?, interrogent Les Echos (page 8). Une trentaine de députés socialistes ont décidé de déposer un amendement contre cette mesure aujourd'hui, à l'occasion de l'examen en nouvelle lecture du projet de loi santé.

Mais les députés partisans du paquet de cigarettes sans logo restent confiants. "Ça va être un peu plus difficile qu'en première lecture, mais ça devrait quand même passer. On va mobiliser les troupes", confie un assistant parlementaire.

Frédéric Barbier, député du Doubs, a pris la tête de la fronde des députés socialistes anti-paquet neutre. Il souhaite que le gouvernement se contente pour l'instant d'appliquer la directive européenne qui prévoit des photos chocs sur les paquets de cigarettes.

Les ventes de tabac chez les buralistes ont baissé de 20% en quatre ans, souligne Frédéric Barbier, malgré cela, la consommation a progressé de 7% sur la même période. C'est donc la preuve que le trafic de cigarettes augmente, selon lui. "Je crains que le paquet neutre n'incite les Français à acheter sous le manteau en Belgique ou en Espagne, là où cette contrainte n'existe pas."

Une vingtaine d'autres députés socialistes, sous la houlette cette fois de Jean-Louis Drumont, demandent simplement un report de la mesure à 2020, au lieu de l'an prochain. Le député de la Meuse souhaite attendre les conclusions de l'étude de la Commission européenne sur l'impact du paquet neutre sur le tabagisme au Royaume-Uni et en Irlande, qui vont l'instaurer en mai. Selon l'amendement qu'il a déposé, le gouvernement doit d'abord évaluer "l'efficacité" de la mesure et ses "conséquences sur le marché parallèle et l'effet d'aubaine que cela constitue pour les réseaux criminels".

A lire aussi - Sida : un traitement préventif autorisé et remboursé

La ministre de la Santé a annoncé hier à l'Assemblée nationale, lors de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016, qu'elle était "favorable à la publication d'une recommandation temporaire d'utilisation du Truvada®", un traitement préventif contre le VIH, rapportent Les Echos (page 17). Au cours de cette annonce, faite à une semaine de la Journée mondiale contre le sida, Marisol Touraine a précisé que "ce traitement sera pris en charge à 100% par l'assurance maladie" et que "cela sera effectif au début de l'année 2016", note Libération (page 17).

"Un engagement fort, car le Truvada® coûte 500 euros la boîte de trente comprimés, soit 6.000 euros par patient et par an, soulignent Les Echos.

Environ 20.000 à 40.000 personnes ayant des comportements sexuels à risque seraient concernées", notamment les hommes homosexuels. "C'est un enjeu de santé publique majeur, car c'est le seul groupe où le nombre de nouvelles contaminations par le virus du sida ne baisse pas", a indiqué la ministre.

Le Truvada® a passé avec succès le cap de deux études scientifiques majeures, rappelle Le Parisien/Aujourd'hui (page 16). La première aux Etats-Unis. La seconde, baptisée Ipergay, a été menée en France à partir de 2011, sous l'égide de l'Agence nationale de recherche contre le sida (ANRS) et avec le soutien de l'association Aides.

L'autorisation de ce traitement antirétroviral était très attendue par les médecins infectiologues et les associations de malades. "Depuis plus de deux ans, Aides la réclamait, indique Libération. "C'est une immense satisfaction pour nous de voir ce dossier aboutir", s'est réjouie cette association. "Cela signifie que très bientôt, nous allons pouvoir accompagner partout en France les personnes qui ont besoin d'un nouvel outil de prévention adapté à leur situation de vie."

"Nous sommes à un tournant. Ce traitement ne peut pas se substituer au préservatif, a déclaré Marisol Touraine. Mais il permet de répondre à des situations dans lesquelles le préservatif ne trouve pas sa place, ou de répondre à des personnes qui ne peuvent pas, pour différentes raisons, en avoir un usage systématique, alors qu'elles évoluent au sein de groupes où la prévalence et l'incidence du VIH sont élevées."

En bref

Social

– "Attentats du 13 novembre : "On n'est jamais complètement blindé face à l'horreur." L'AP-HP a mis en place un soutien psychologique pour les personnels ayant porté secours aux victimes des attentats de Paris. La Croix page 16.

– "Mediator® : le procès s'éloigne encore." Les arrêts rendus par la chambre de l'instruction le 20 novembre éloignent l'espoir de la tenue rapide d'un procès dans l'affaire du Mediator®. Le Monde page 19.

Santé

– "La brimade des stups." Pour la 3e année, Libération s'associe à la Global drug survey, enquête internationale sur les drogues auprès des usagers. Libération pages 18 et 19.

– "Les Français ne sont pas champions du lavage de mains." Seuls 62% des Français se lavent systématiquement les mains avec de l'eau et du savon en sortant des toilettes, selon une enquête du réseau d'instituts de sondage Win Gallup International. Ce score nous place à la 50e place sur 64 pays ! Le Figaro page 13.

– "Les réveils trop matinaux perturbent le métabolisme." Se lever tôt le matin lorsqu'on est "couche-tard" a des conséquences sur la santé : perturbation des taux d'insuline et de triglycérides, risques d'obésité… Le Figaro page 13.

Economie

– "Le mariage géant Pfizer-Allergan défie Washington." Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer va s'offrir son rival et compatriote Allergan pour quelque 155 milliards de dollars. Motivée par d'importantes réductions d'impôts, cette opération donne naissance au leader mondial de la pharmacie. Le Figaro-économie pages 22 et 23, Les Echos pages 20 et 21 et Le Monde Economie & Entreprise page 6.

– "Vedici, moteur de la consolidation du secteur des cliniques." L'union de Vitalia et de Vedici donne naissance au numéro deux français de l'hospitalisation privée. Les Echos page 41.

– "Sang : l'EFS lance une plate-forme de thérapies innovantes." L'Etablissement français du sang de la région Bourgogne/Franche-Comté, inaugure aujourd'hui sa plate-forme de production de médicaments issus des travaux de ses équipes sur l'immunité. Les Echos page 29.

– "La maison connectée, un défi de taille pour les assureurs." Axa a lancé en octobre une offre en France pour les assurés souhaitant mieux protéger leur domicile contre les risques d'intrusion ou d'incendie. De son côté, Allianz, s'est associé au géant japonais de l'électronique Panasonic pour proposer des services domotiques en Allemagne. Les Echos page 31.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)