Cese : la liste des 40 personnalités qualifiées publiée dans une semaine

La liste des quarante personnalités qualifiées qui doivent être nommées par le gouvernement pour renouveler le Conseil économique, social et environnemental (Cese) sera publiée le 21 octobre, a indiqué hier soir L'Elysée, rapporte le site lesechos.fr. Cette liste était attendue ce matin en Conseil des ministres. L'un des enjeux, selon lesechos.fr, étant de savoir si Jean-Paul Delevoye, médiateur de la République, qui pourrait postuler à la présidence du Cese, figure parmi les personnalités désignées.

Le seul candidat aujourd'hui officiellement déclaré à la présidence est le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant. Il est déjà membre du Conseil économique social et environnemental (au titre des représentants de la Mutualité), rappelle lesechos.fr. Une situation qui, pour le lefigaro.fr, constitue "un léger avantage sur les deux autres".

L'Elysée n'a pas encore tranché sur le nom du candidat qu'il aimerait soutenir. Selon le site lefigaro.fr, le président sortant Jacques Dermagne, qui sollicite un nouveau mandat, aurait proposé à Nicolas Sarkozy de ne faire qu'un demi-mandat (18 mois), le temps d'accueillir les nouveaux membres du CESE. "C'est-à-dire qu'il garderait le fauteuil au chaud jusqu'au printemps 2012, peu avant l'élection présidentielle…", écrit Cyrille Lachèvre sur lefigaro.fr.

De son côté, indique ce site, le président de la Mutualité Française, qui a "constitué une petite équipe pour aller chercher les voix une à une", "poursuit sa route" et affiche son intention de "faire vivre le débat au sein du Conseil économique social et environnemental en mettant un terme à la culture du consensus qui le caractérise et réduit son aura médiatique". Ce discours, commente lefigaro.fr, "pourrait séduire beaucoup de nouveaux membres".

Retraites : les jeunes dans la rue
"Retraites : une mobilisation renforcée et rajeunie", titre la "une" du monde.fr, illustrée par une photo de jeunes manifestantes à Marseille. La mobilisation d'hier contre la réforme des retraites a atteint un record de participation, qui s'explique en partie par la présence en masse des jeunes dans les cortèges, selon leparisien.fr. A Paris comme en province, des milliers de lycéens et d'étudiants ont rejoint bruyamment les manifestations. 357 lycées ont été touchés et 90 bloqués, selon les chiffres du ministère de l'Education nationale, repris sur le site lesechos.fr.

Le nombre de manifestants a été estimé à 3,5 millions par la CGT et la CFDT et à 1,23 million par le ministère de l'Intérieur. Les deux cortèges parisiens ont vu défiler 330.000 manifestants selon l'intersyndi­cale (89.000 selon la police). Des participations en hausse, parfois record, ont été relevées dans les villes de Rennes, Nantes, Rouen, Lyon, Grenoble ou encore Caen, Le Mans, Nancy, Poitiers et Tarbes.

Pendant ce temps, le Sénat a poursuivi son marathon parlementaire sur le projet de réforme : hier en fin d'après-midi, il restait près de 900 amendements et 31 articles à examiner. A l'Assemblée nationale, le Premier ministre a affiché sa détermination et assuré que le gouvernement était décidé "à mener cette réforme à son terme", souligne le site lefigaro.fr.

"Réforme des retraites : l'épreuve de force continue", titre leparisien.fr. Des grèves appelées à se poursuivre ont touché les raffineries (11 sur 12) et la SNCF (40 à 54% de grévistes). Celle-ci prévoit aujourd'hui des perturbations comparables à celles d'hier : 1 TGV sur 3, 4 TER sur 10, 4 Transilien sur 10 et 1 train corail sur 3.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)