croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Budget de la Sécu : place au débat parlementaire

Les députés s'attaquent aujourd'hui aux 57 articles du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 : 1.200 amendements seront débattus jusqu'à lundi prochain.

"Adopté en un temps record en commission des Affaires sociales la semaine dernière, sans débat ni polémique, le PLFSS 2018 arrive aujourd'hui à l'Assemblée", indique Le Figaro.

L'heure de vérité a donc sonné pour un budget ambitionnant 3 milliards d'euros d'économies sur un total d'environ 200 milliards. Le débat en séance, prévu pour durer jusqu'à lundi prochain, "promet d'être houleux", selon le quotidien. Les 57 articles du texte font déjà l'objet de 1.200 amendements : 351 du groupe Les Républicains (LR), 147 du groupe Nouvelle Gauche (NG) ou 80 de La France insoumise (LFI). "Le débat risque d'être long et certains vont vouloir le transformer en tribune", craint Olivier Véran, député LREM de l'Isère et rapporteur du PLFSS, qui se prépare à affronter "une semaine très physique".

Le projet de budget de la Sécu soulève des questions-clés, estime Le Figaro : hausse de 1,7 point de la CSG non compensée pour les retraités, fin du régime social des indépendants (RSI) qui sera adossé au régime général, sans même parler des onze vaccins obligatoires pour les jeunes enfants et de la hausse du prix du tabac à 10 euros d'ici à 2020…

Ce mardi matin sur CNews, la ministre de la Santé a évoqué la double contrainte d'une meilleure qualité de soins avec un budget réduit, ciblant les "dépenses inutiles". "Nous savons qu'il y a environ 30% des dépenses de santé qui n'ont pas d'utilité pour la santé des Français", a-t-elle notamment indiqué.

"Après un débat consensuel en commission, la politique devrait reprendre ses droits dans l'Hémicycle", prévoit Le Figaro. En commission des Affaires sociales, les députés n'ont pas remis en cause la fin du régime social des indépendants (RSI), mais ont appelé à la prudence pour éviter un nouvel "accident industriel". "Après des débats constructifs en commission, l'examen du PLFSS en séance publique devrait être plus intense", estime Brigitte Bourguignon (LREM), présidente de la commission des Affaires sociales, dans un entretien au Figaro.

Pour Brigitte Bourguignon, le premier PLFSS du quinquennat, "c'est le budget des promesses tenues, qui concilie exigence économique et progrès social". "Tout en assurant le même niveau de protection sociale, ce budget est équilibré et tient compte de la contrainte budgétaire, se félicite-t-elle. Il s'inscrit dans la durée pour redonner du souffle à notre protection sociale."

"Je serai attentive à la mise en œuvre des annonces du gouvernement, tant sur la question de l'accès aux soins pour tous sur le territoire, que sur le zéro reste à charge pour les lunettes et les prothèses dentaires et auditives", assure la présidente de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée.

A lire aussi dans la presse

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)