croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Bouge avec la Mutualité !

Quelque 3.300 élèves de 5e et de 6e venus de tout l'Hexagone "étaient réunis ce matin au Stade de France pour lancer l'opération" "Bouge... une priorité pour ta santé !", a annoncé hier Jean-Pierre Pernault au cours du journal de 13 heures de TF1. Ce programme de prévention de l'obésité est conduit par la Mutualité française et l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), comme l'ont également indiqué France Info, Europe 1, Canal +, BFM.

Ce programme se déploiera dès ce mois de novembre dans des collèges de quatre régions pilotes : Lorraine, Franche-Comté, Bourgogne et Ile-de-France. Dans ces établissements scolaires, les professeurs d'éducation physique et sportive (EPS) et ceux des sciences de la vie et de la terre (SVT) proposeront des tests simples de souffle, de force musculaire, d'endurance et de souplesse, comme l'a montré un reportage diffusé au journal de 20 heures de TF1. Ces tests sont normalement réservés aux champions ; appliqués au niveau des collégiens, ils constituent des indicateurs de leur état de santé. Au Stade de France, Steeve et Christophe Guénot, médaillés d'or et de bronze de lutte aux JO de Pékin, sont venus défendre le sport comme moyen de préserver la santé. De même que Djamel Mastouri, médaille de bronze en athlétisme aux Jeux paralympiques de Pékin, ainsi que les rugbymen du Stade français.

"C'est sûr, ça donne encore plus envie de faire du sport", confie Valentin, 11 ans, à France-Soir (page 8). "L'objectif est que la condition physique soit identifiée par les médecins comme un élément de santé à suivre toute la vie. Il suffit de passer de sédentaire à actif pour voir son risque cardio-vasculaire être divisé par quatre", a expliqué, au journal de 20 heures de TF1, le Dr Roland Krzentowski, médecin du sport. Il faut que "notre politique de santé soit plus préventive", car "17% des Français souffrent de surpoids et 3,5% d'obésité", a rappelé la ministre de la Santé, présente au Stade de France, rapporte le quotidien Direct matin (page 6).

La crise pèse sur les comptes de la "Sécu"

"Sécu : l'équilibre des comptes reporté sine die", titre La Tribune (page 4), qui rapporte que le ministre du Budget a confirmé hier devant les sénateurs qu'un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale ne pourrait être atteint avant 2012. "L'exercice de vérité auquel s'est livré hier le gouvernement illustre l'ampleur des conséquences de la crise économique sur les comptes sociaux", commente Vincent Collen dans Les Echos (page 4). Le déficit du régime général devrait atteindre 10,5 milliards d'euros l'an prochain (contre 8,6 milliards prévus), a annoncé Eric Woerth. Cette dégradation est due à la baisse des recettes. Ainsi, la hausse de la masse salariale sera inférieure aux prévisions. Elle se limiterait à 4,25% en 2008 (contre 4,5% escomptés) et à seulement 2,75% en 2009 (contre 3,5%), selon les estimations du ministre du Budget, citées dans Le Figaro-économie (page 20).

"Face à cette dégradation de notre environnement, nous maintenons notre effort sur la dépense, mais (...) nous ne chercherons pas à compenser le manque de recettes par plus de prélèvements ou par des coupes brutales dans les dépenses", a assuré Eric Woerth. "Notre projet de financement pour la Sécurité sociale est bâti sur un effort vigoureux de redressement à hauteur de 6 milliards d'euros. Un effort équilibré avec 3 milliards d'euros d'économies sur les dépenses, 1,7 milliard d'euros de redéploiement de ressources et 1,4 milliard d'euros de recettes nouvelles. Cette action, nous la maintenons, nous la confirmons", a-t-il ajouté.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)