croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Autonomie : France Stratégie analyse les enjeux d’ici 2030

L'organisme d’études et de prospective France Stratégie a publié le 8 janvier 2019 un rapport sur les enjeux de l'autonomie des personnes âgées à l'horizon 2030. Il préconise de renforcer le soutien à domicile, favoriser les résidences collectives et les habitats inclusifs, et améliorer la qualité de vie au domicile et en établissement.

La France compte actuellement "un peu plus de 13,1 millions de personnes âgées de 65 ans et plus, soit 19,5% de la population", indique l'organisme d'études et de prospective France Stratégie dans son rapport sur le soutien à l'autonomie des personnes âgées à l'horizon 2030. Rendu public le 8 janvier 2019, ce document précise que le nombre d'individus âgés de 85 ans et plus augmentera "de près de 412.000" d'ici à 2030, ce qui représente une hausse de 19% essentiellement due "au gain de longévité".

Selon un scénario de l'Insee repris par France Stratégie, ce phénomène va même s'accélérer dans les années suivantes : les personnes d'au moins 85 ans progresseront de près de 1,4 million entre 2030 et 2040, soit 54%. Cette tendance ira de pair avec des situations de dépendance plus longues. Aujourd'hui, parmi les bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie (Apa), la durée de dépendance atteint "quatre ans en moyenne", rappelle le rapport, mais elle devrait augmenter "d'environ un an à l'horizon 2040".

Liberté de choix

Face aux défis du vieillissement, France Stratégie émet plusieurs recommandations, dont certaines se rapprochent des propositions formulées fin décembre 2018 par la Mutualité Française, en amont de la loi prévue pour améliorer la prise en charge de la perte d'autonomie.

Comme la Mutualité Française, France Stratégie considère que toute personne doit pouvoir exercer sa liberté de choix le plus longtemps possible. Pour y parvenir, cet organisme préconise de poursuivre trois objectifs prioritaires : renforcer le soutien à domicile, favoriser les résidences collectives et les habitats inclusifs, et enfin, améliorer la qualité de vie au domicile et dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Dans le cadre de la politique de soutien à domicile, France Stratégie propose notamment de développer "une gestion ambitieuse de l'Apa" et de maintenir son "pouvoir solvabilisateur". Pour cela, "il conviendrait d'indexer les plafonds des plans d'aide Apa sur un indice salarial", et non plus sur les prix. Le renforcement du soutien aux aidants apparaît aussi comme une priorité.

Par ailleurs, France Stratégie réclame "un meilleur accompagnement et un financement adéquat des aides techniques" afin de remédier au manque d'information des utilisateurs potentiels et au faible recours actuel. Le rapport cite l'exemple de la téléassistance qui n'est utilisée que par 10% des personnes âgées de plus de 85 ans, contre 80% en Suède.

Adapter les logements

Dans le même esprit, France Stratégie suggère de mieux adapter les logements aux besoins. Parmi les ménages modestes bénéficiant de ses aides, l'Agence nationale de l'habitat (Anah) a estimé en 2018 que 2,1 millions de logements devaient être adaptés. "En ciblant les ménages en perte d'autonomie importante, soit 300.000 logements, l'Anah évalue à 30.000 le nombre de logements à rénover par an, soit un doublement de l'objectif fixé à l'agence depuis 2012", relève le rapport.

A l'avenir, les ménages pourraient donc être davantage demandeurs de "logements polyvalents", c'est-à-dire "pouvant être facilement, et à peu de frais, adaptés à l'évolution des besoins des occupants tout au long de leur vie". Une proposition qui s'appuie sur l'exemple du concept Bati Flex qui existe déjà au Canada.

Toujours pour répondre aux besoins, France Stratégie appelle à favoriser le développement de l'habitat alternatif ou regroupé, à l'instar des résidences collectives (résidences autonomie, résidences services, etc.) et des habitats inclusifs. A cette fin, il est crucial de "lever les obstacles juridiques et administratifs au développement et à la pérennisation de l'offre", juge le rapport. Il faut aussi sécuriser le modèle économique de ces structures et favoriser leur accessibilité auprès des personnes âgées, aussi bien financière que géographique, avec une bonne couverture territoriale.

Renforcer les soins de proximité

Plus globalement, France Stratégie recommande de renforcer et structurer les soins de proximité, en assurant leur permanence et leur qualité aussi bien à domicile qu'en établissement.

En parallèle du développement du soutien à domicile, le rapport estime que "le modèle de l'Ehpad peut perdurer car c'est un modèle économique puissant", qui fait face aux enjeux démographiques futurs. "Les perspectives démographiques et épidémiologiques vont dans le sens d'une poursuite de la création de places en Ehpad", note le rapport.

Pour autant, hormis dans les zones sous-dotées, "leur priorité n'est vraisemblablement pas un accroissement significatif du nombre de places" mais plutôt "un renforcement de l'accompagnement et de la qualité de l'offre lui permettant de mieux prendre en charge dans de meilleures conditions leurs résidents, de faire face à des situations de plus en plus lourdes, et de répondre aux aspirations des nouvelles générations".

En savoir plus

Lire le rapport de France Stratégie "Le soutien à l'autonomie des personnes âgées à l'horizon 2030"
Paula Ferreira

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)