croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Assemblée générale des mutuelles : la mobilisation pour l’accès aux soins continue !

Les délégués mutualistes réunis le 15 juin, en assemblée générale à la Maison de la Mutualité, à Paris, ont adopté à une très large majorité une déclaration qui réaffirme l’engagement du mouvement en faveur de l’accès aux soins. "L’heure est à l’affirmation de propositions courageuses, innovantes, réalistes, inscrites dans la durée !", soutient Etienne Caniard, président de la Mutualité Française.

Trois mois avant le prochain congrès de la Mutualité Française, à Nice (Alpes-Maritimes), son assemblée générale a tracé "le cadre dans lequel s’inscrira l’action du mouvement mutualiste dans les prochains mois", a indiqué son président, Etienne Caniard, face aux 750 délégués réunis 15 juin à la Maison de la Mutualité, à Paris. Une "déclaration" adoptée à une très large majorité par les participants.

Taxe santé, refus aux mutuelles de proposer des professionnels de santé aux meilleurs tarifs à leurs adhérents : face à ces attaques "d’une intensité inégalée", le mouvement mutualiste "a une voix à faire entendre et des solutions à apporter", a affirmé le président de la Mutualité Française.

Toutes ces mesures ont certes été mises en œuvre par le précédent gouvernement, mais, a mis en garde Etienne Caniard, "le passé nous a appris qu’un changement de majorité, aussi favorable soit-il, ne règle rien".

Si les gouvernements changent, les dysfonctionnements du système de santé perdurent. Comme hier, "l’heure est à l’affirmation de propositions courageuses, innovantes, réalistes, inscrites dans la durée !", a lancé Etienne Caniard. Pour les promouvoir, "il va falloir continuer à nous mobiliser, à nous battre. Et surtout, continuer à serrer les rangs !"

La maîtrise indispensable des dépassements d’honoraires

C’est le sens de la déclaration adoptée en assemblée générale par les délégués mutualistes. Dans ce texte, "les mutuelles tiennent à confirmer leur implication résolue dans l’amélioration du système de santé".

Cette mobilisation a en particulier pour but de mettre fin au renoncement aux soins dont le niveau actuel est "inacceptable et indigne d’un pays comme le nôtre", s’est insurgé Etienne Caniard. Et pour lui, "il n’y aura pas de réforme sans que nous nous attaquions avec détermination au problème majeur de son sous-financement et du recours à l’endettement".

Pour lutter contre les inégalités d’accès aux soins, le mouvement mutualiste fixe deux orientations : organiser un "vrai parcours de soins privilégiant les soins de premiers recours et leur coordination avec les établissements sanitaires et médico-sociaux" et maîtriser "les restes à charge" en ville comme à l’hôpital.

Pour cela, les mutualistes s’engagent à participer, entre autres, "à la maîtrise des dépassements d’honoraires", ou encore à la rénovation des contrats solidaires et responsables en "renforçant les mécanismes de mutualisation et de solidarité.

Ces engagements supposent quelques préalables : l’instauration d’une "juste rémunération des professionnels" et d’une "opposabilité réelle" des tarifs pratiqués par les médecins. Dans ce cadre, "nous devons réaffirmer notre refus d’un secteur optionnel qui légitime les dépassements d’honoraires plus qu’il ne les combat".

Milène Leroy

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)