Apple et Google : votre santé les intéresse

Alors que les objets connectés sont en plein essor, seuls 18% des Français se déclarent prêts à mettre en ligne des informations relatives à leur santé, selon un sondage publié par l'Association pour le commerce et les services en ligne (Acsel), qui regroupe les entreprises du secteur, note Le Figaro-économie (page 23).

Outre son bracelet connecté destiné aux sportifs, Apple a mis au point une application très complète qui enregistre le taux de cholestérol, de glycémie, les aliments consommés, le poids, etc. L'entreprise a également lancé une plateforme santé (ResearchKit), qui permet à des laboratoires de développer des applications pour recueillir les données (anonymes) des détenteurs d'I-phone.

D'autres géants du web s'intéressent de près à la santé, notamment Google. Son laboratoire, Google X, a fabriqué un bracelet connecté mesurant les données de santé d'un patient ou d'un participant à une étude médicale, indique Le Figaro-économie. Google finance des projets de recherche, dont "Baseline study", une étude sur l'ADN de plusieurs centaines de personnes. Elle est destinée à déterminer le profil type d'un patient en bonne santé.

Mais le scandale des écoutes de la NSA ou la multiplication des affaires de cybercriminalité ont rendu les internautes méfiants. Ils savent également que leurs données médicales personnelles risquent d'être exploitées à des fins commerciales, notamment pour des publicités ciblées. Les internautes s'inquiètent également de l'usage que certains assureurs pourraient faire de ces données. Face à ces craintes, Apple et Google mettent en avant la garantie de l'anonymat des données récoltées.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)