croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Alzheimer : pas de déremboursement de quatre médicaments à l’efficacité contestée

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, ne suivra pas les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS). Même si cette dernière les juge inefficaces, quatre médicaments contre la maladie d'Alzheimer continueront d'être remboursés.

Passant outre les recommandations de la commission de la Transparence de la Haute Autorité de santé (HAS), publiées la semaine dernière, la ministre de la Santé a finalement décidé de maintenir le remboursement de quatre médicaments anti-Alzheimer dont l'efficacité est contestée.

Hier, mercredi 26 octobre 2016, Marisol Touraine a déclaré sur RTL que les préconisations de la HAS à l'encontre de l'Aricept®, de l'Ebixa®, de l'Exelon®, du Reminyl® et de leurs génériques respectifs, n'étaient pas envisageables "en l'état actuel des choses", notent Les Echos.

Pourtant, rappelle Le Figaro, "l'efficacité de ces médicaments, non dénués d'effets indésirables (digestifs, cardiovasculaires, etc.), est contestée depuis plus de dix ans et avait déjà fait l'objet d'un avis défavorable de la même commission en 2011 : d'important, leur service rendu avait été abaissé à faible."

Avant toute initiative, a précisé Marisol Touraine, "je veux mettre en place un protocole de soins élaboré par les scientifiques en lien avec les associations de patients. Tant que ce protocole de soins ne sera pas élaboré et mis en œuvre, rapporte La Croix, la question du déremboursement ne peut pas et ne doit pas se poser".

Selon France-Alzheimer, le déremboursement de ces quatre médicaments actuellement prescrits à 30.000, voire 40.000 personnes, serait inquiétant. Cette association de patients et de leurs proches estime, en effet, que c'est parce qu'il existe une solution médicamenteuse à leur pathologie que les personnes consultent et se font diagnostiquer.

Pour autant, admet au Figaro Maï Panchal, directrice scientifique de l'association Lecma-Vaincre Alzheimer, ces quatre médicaments ne sont en rien une solution car "il n'existe toujours pas de traitement curatif pour Alzheimer".

Seulement, indique-t-elle, "ils visent à ralentir l'évolution des troubles de la mémoire causés par la maladie". Et seules les personnes diagnostiquées Alzheimer peuvent se les faire rembourser à 15%.

A lire aussi

Frédéric Lavignette

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)