croix

Veuillez effectuer une recherche.

Veuillez effectuer une recherche.

Agnès Buzyn : un médecin ministre des Solidarités et de la Santé

Praticienne hospitalière et présidente du collège de la Haute Autorité de santé (HAS), la Pre Agnès Buzyn a été nommée le mercredi 17 mai 2017, ministre des Solidarités et de la Santé.

C'est une clinicienne qui prend la tête du ministère des Solidarités et de la Santé. La Pre Agnès Buzyn a, en effet, été nommée à ce poste le mercredi 17 mai 2017, succédant ainsi à Marisol Touraine.

Avant cette nomination, Agnès Buzyn présidait, depuis mars 2016, le collège de la Haute Autorité de santé (HAS). Ancienne interne des Hôpitaux de Paris, Agnès Buzyn a réalisé la majeure partie de son parcours de clinicienne hématologue à l'université Paris V-Hôpital Necker où elle a été responsable de l'unité de soins intensifs d'hématologie adulte et de greffe de moelle de 1992 à 2011.

Nommée professeure d'université en 2004, elle a enseigné l'hématologie et l'immunologie des tumeurs et de la transplantation dans plusieurs modules universitaires.

Parallèlement à son activité médicale, elle a exercé des responsabilités au sein de multiples organismes, comme l'Etablissement français du sang (EFS) ou l'Agence de biomédecine. En 2011, elle est nommée présidente de l'Institut national du cancer (Inca) au sein duquel elle a notamment mis en œuvre le 3e Plan cancer 2014-2019, axé sur la lutte contre les pertes de chance face à la maladie.

Optique, audioprothèse : agir sur les prix

Cette figure de la société civile dans le domaine médical aura désormais la responsabilité de mettre en œuvre le programme santé et protection sociale du nouveau président. En particulier, la proposition de supprimer le reste à charge pour les lunettes, les prothèses dentaires et les prothèses auditives, via des négociations entre l'assurance maladie obligatoire (AMO) et les complémentaires santé.

"Il faudra aussi agir sur les prix des équipements. En clair, sur l'audioprothèse et sur l'optique, où les prix sont libres, il va falloir trouver une manière de réguler l'offre et les prix. Car si on agit sur les remboursements sans agir sur les prix, on risque de créer un effet inflationniste contraire à l'objectif initial", prévient le président de la Mutualité Française, Thierry Beaudet, dans un entretien au Figaro.

La composition du gouvernement Macron

Cliquer ici pour voir la vidéo de l'annonce du gouvernement Macron par Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée.
Jean-Michel Molins

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)