Accès aux soins : l’impact positif des complémentaires

Le Panorama de la santé 2015 de l'OCDE distingue la France en matière d'accès aux soins, relèvent Les Echos (page 2). Ainsi, note ce document, les dépenses de santé restant à la charge des ménages en France sont parmi les plus faibles dans les pays industrialisés. En 2013, elles représentaient environ 7% des dépenses totales de santé, contre 20% en moyenne dans les pays de l'OCDE.

"Cette couverture santé n'est efficace que parce que les mutuelles sont là pour boucher les trous laissés par la Sécurité sociale", souligne le quotidien économique. En effet, 95% des Français disposent d'une complémentaire santé, alors que les Britanniques, qui font confiance à leur système "étatisé", n'affichent qu'un taux de 10,6%. Les Pays-Bas sont le deuxième pays le plus ouvert aux assurances privées, mais avec un taux de pénétration de 9% inférieur à celui de la France, précise le quotidien économique.

Par ailleurs, les Français jouissent d'une espérance de vie "relativement longue" (82,3 ans en moyenne) par rapport aux autres pays de l'OCDE (80,5 ans). Toutefois, des écarts importants subsistent entre hommes (79 ans) et femmes (85,6 ans), qui s'expliquent par les ma­ladies liées au tabagisme et, surtout, à l'alcoolisme.

En outre, en France, 24% des personnes de plus de 15 ans déclarent fumer tous les jours (contre 20% en moyenne dans l'OCDE). La consommation d'alcool dans l'Hexagone demeure parmi les plus élevées (7e place), avec une moyenne de 11,1 litres d'alcool pur par an et par habitant, contre 8,8 litres dans les autres pays étudiés. L'OCDE recommande à la France de ne pas modifier la loi Evin sur la publicité sur l'alcool et d'adopter le paquet de cigarettes neutre, comme en Australie.

Parmi les autres conseils de l'OCDE, figurent la réduction du nombre trop élevé d'actes médicaux non pertinents, notamment les césariennes, et la diminution des scanners (193/1.000 habitants en France) et IRM (91/1.000 habitants). La France doit aussi faire des efforts pour réduire la durée des séjours à l'hôpital, qui s'élève en moyenne à dix jours en soins curatifs (contre huit dans l'OCDE).

A titre d'exemple, une Française qui vient d'accoucher reste hospitalisée quatre jours, contre trois jours dans les autres pays. Toutefois, l'organisation salue les efforts de la France pour modérer la consommation des médicaments et accroître la part de génériques. Elle reste cependant faible (30% du marché), par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE (48%).

A lire aussi dans la presse

Paquet neutre : 40 organisations interpellent les parlementaires

"Au nom des victimes du tabagisme et au nom des enfants qu'il faut protéger contre les ravages de cette addiction, nous vous demandons instamment de voter, lors de la discussion à l'Assemblée nationale, en faveur de toutes les mesures du Programme national de réduction du tabagisme, et particulièrement pour le paquet neutre", écrivent une quarantaine d'organisations et d'associations dans une tribune publiée sur le site Internet du Figaro (www.lefigaro.fr). Parmi elles : la Mutualité Française, la LMDE, le Collectif interassociatif sur la santé, le Comité national contre le tabagisme, la Fédération française de cardiologie, l'Institut Gustave Roussy, la Croix-Rouge…

Alors que le paquet neutre a été supprimé dans le projet de loi Santé voté par le Sénat début octobre (le texte devant revenir à l'Assemblée le 16 no­vembre), les signataires rappellent notamment que la consommation de tabac tue prématurément 78.000 personnes par an en France, soit plus de 200 décès par jour ! Les enfants, ajoutent-ils, "tombent très jeunes dans le piège du tabagisme". A dix-sept ans, 40% des filles et des garçons fument, tandis que la fréquence du cancer du poumon "explose chez les femmes".

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)