Accès à la complémentaire : remettre à plat les aides fiscales et sociales

La généralisation de la complémentaire santé aux salariés est certes une "avancée", mais, en l'état, elle "n'apporte aucune solution pour 80% des exclus de la complémentaire qui sont en dehors du monde du travail", comme les jeunes précaires en difficulté d'insertion professionnelle ou encore les chômeurs de longue durée, fait valoir le président de la Mutualité Française, dans un entretien publié ce matin dans la newsletter d'Espace social européen.

L'extension de la généralisation exclusivement aux retraités, comme l'a annoncé le président de la République au congrès de Nantes, aurait, entre autres pour conséquence, d'obscurcir le système actuel. "Il existe aujourd'hui 8 dispositifs d'accès à la complémentaire santé. En créer un 9e pour les seuls retraités, n'apporterait que complexité et segmentation supplémentaire, alors même qu'aujourd'hui, le système a besoin d'être simplifié et plus soli­­­­daire", avance Etienne Caniard.

Comment, dès lors, rendre plus simple l'accès à la complémentaire ? "A l'occasion du congrès, nous avons demandé à François Hollande de réduire les inégalités d'accès à la complémentaire, en remettant à plat l'ensemble des dispo­sitifs, pour les simplifier, les rendre plus justes et éviter les mesures catégorielles qui aggravent les problèmes", rappelle-t-il.

Une personne qui part à la retraite voit le coût de sa couverture santé passer brutalement de 300 à 1.000 euros par an en moyenne,

Aujourd'hui, souligne Etienne Caniard, "les aides fiscales et sociales s'élèvent à 3,5 milliards d'euros pour certains contrats, alors que retraités, chômeurs de longue durée et jeunes précaires n'ont aucune aide de ce type et sont confrontés à de réelles difficultés". Ainsi, par exemple, "une personne qui part à la retraite voit le coût de sa couverture santé passer brutalement de 300 à 1.000 euros par an en moyenne, ce qui est insupportable financièrement pour un nombre croissant d'entre eux".

Pour le président de la Mutualité Française, il est nécessaire avant toute chose de "procéder à une remise à plat de l'ensemble des aides à l'acquisition d'une complémentaire santé." C'est l'objet d'un rapport qui devrait être remis cet automne au président de la République. "Il ne serait pas cohérent de procéder différemment, l'enjeu est de rechercher une solution qui concerne toutes les populations qui ne bénéficient pas des aides liées aux contrats collectifs obligatoires notamment les jeunes précaires, les chômeurs de longue durée et bien sûr les retraités", affirme Etienne Caniard.

John Sutton

© Agence fédérale d’information mutualiste (Afim)